Si vous nous suivez, vous savez que nous sommes fans de toutes ces nouvelles économies collaboratives… Nous avons testé les services de Showaround qui met en contact les “touristes” et les “locaux” pour une visite de Zagreb, et nous ne sommes pas déçus !

Malgré la pluie, une expérience très intéressante et une rencontre des plus sympas.

Nous partons régulièrement à la découverte de la ville dans laquelle nous séjournons à l’aide d’un plan et de quelques dépliants touristiques. Parfois nous aimons aussi nous perdre dans les rues et avancer nez au vent sans trop savoir où nous allons atterrir.

Mais nous avons aussi cette envie d’en savoir plus sur le lieu, son histoire, ses coutumes… sans être particulièrement attirés par les visites avec un groupe de touristes suivant le parapluie jaune d’un guide débitant son discours !

Nous avons  parfois eu le bonheur, au cours de ces 3 ans de vie nomade, d’avoir de beaux échanges avec la personne qui nous louait son logement et pouvoir ainsi découvrir la ville à ses côtés, mais malheureusement ces moments furent rares.

En arrivant à Zagreb nous avons été curieux d’en savoir plus sur son histoire, sur ses habitants et nous avions vraiment envie de découvrir la ville avec un local. Qui de mieux qu’un habitant pour nous montrer sa ville, nous accompagner vers les meilleurs spots et nous donner ses  bonnes adresses de restaurants ? Qui de mieux aussi pour nous faire comprendre les mentalités et les coutumes ?

Il était temps de tester la plateforme collaborative Showaround qui met en relation des locaux désireux de faire découvrir leur ville avec des visiteurs.

Qu'est-ce que Showaround ?

showaround

Dans la même vague des sites collaboratifs tels que Airbnb pour le logement, Vizea pour les repas chez l’habitant (nous vous en parlerons bientôt aussi !), Showaround  vous propose d’être guidé, dans votre visite d’une ville, par des gens qui habitent cette ville, l’aiment et veulent la faire découvrir.

Ce qui est génial dans le concept, c’est qu’en lieu et place d’un “simple” guide dont vous ne connaîtriez rien, vous pouvez, par le profil de la personne, connaitre ses passions et ce qu’elle apportera de différent à votre visite. Cerise sur le gâteau : les tarifs sont largement moins élevés qu’avec un guide de profession.

C’est un peu comme avoir un ami sur place qui vous ferait connaitre le lieu qu’il aime et où il vit, et ça c’est génial !

Laissez-vous guider !

filters showaround

En faisant une recherche, grosse surprise : un choix énorme de 163 locaux pour vous faire découvrir Zagreb ! Les tarifs se situent en général de 0 (au pourboire ?) à 15 euros. Avec l’embarras du choix, nous pouvions choisir en nous fiant au profil et aux centres d’intérêt. En effet, les locaux – comme il sont nommés sur Showaround – présentent leurs passions et ce qu’ils vous feront découvrir. Certains se spécialisent dans l’histoire, d’autres dans la nature, d’autres dans la fête et la vie la nuit : pour tous les goûts, tous les âges.

Après quelques échanges, notre choix s’est porté sur Marko. Nous avons été époustouflés par sa culture et le nombre de langues parlées (même si c’est un niveau très débutant pour le français).

Après avoir validé une réservation pour une visite de 2 heures à nous trois, Marko s’est renseigné sur ce que nous préférions, ce que nous avions déjà vu, ce que nous voudrions découvrir. Suite à ces échanges, il nous a même fait parvenir, par email, une liste de lieux conseillés pour manger, boire un verre, ou déguster un dessert, car nous lui avons demandé un endroit sympa pour manger des spécialités locales. Il a également très bien préparé la visite et, une fois que nous eûmes décidé du jour et de l’heure, nous a donné rendez-vous en un point facile à trouver, photo de la rue à l’appui. Tout cela était bien organisé et annonçait une agréable rencontre.

Le samedi en question, à 9h30, nous sortons de notre appartement sous une pluie fine. L’arrêt du tramway étant juste en face, et persuadés que cette petite pluie ne durera pas, nous avançons vers l’abri, ratant de quelques secondes le tram numéro 17. Nous arrivons avec 5 minutes de retard, à 10h05, sous une pluie battante pour rejoindre Marko. Je remarque une fois encore que les hommes croates  sont vraiment grands !

Tunnel GričToute la visite se fait sous la pluie : pas super top pour filmer et prendre des photos. Logan est mon aide-parapluie afin que je puisse immortaliser chaque recoin, chaque monument que nous n’avons  pas encore découvert lors de nos précédentes balades en ville. Mais malgré cette pluie incessante, quel plaisir que d’écouter Marko nous raconter, en anglais, sa ville.
Comme les origines de le tunnel Grič construit entre 1943 et 1945 qui nous abrite pour quelques minutes le temps de le traverser au son d’une petite musique d’ambiance.

Grimper l’escalier… et croiser le plus petit funiculaire au monde : seulement 66 mètres de cable, soit un trajet de 55 secondes !

ZagrebAu fil des ruelles, des façades d’immeubles, des statues, ce sont des bribes de sa ville que Marko nous livre pendant 2 heures. Nous croisons des petits groupes de touristes agglutinés autour de leur guide, suivant un parcours tout prêt, identique d’un groupe à l’autre. Notre découverte de la ville, nous la faisons dans les pas d’un local, selon nos désirs, nos envies, ce que nous voulons voir et c’est franchement agréable.

Après avoir traversé la place des fleurs, c’est en face du monument érigé en la mémoire de l’un des plus grands poètes croates, Tin Ujevié, que nous irons nous attabler tous les 4 à la terrasse d’un café et que nous pourrons continuer à échanger ensemble sur nos pays et nos cultures respectives. Une façon amicale de clore une bien agréable matinée.

Premier contact, donc, avec les services de Showaround particulièrement réussi. Une rencontre très sympathique et une découverte plus intimiste et marquante de cette capitale slave.

Discuter avec un local permet de mieux appréhender les mentalités et les coutumes. Patrice voulait en savoir un peu plus sur la situation sociale, économique et politique du pays et a pu échanger sur ces points avec Marko.

On lit souvent que les croates ne sont pas toujours très sympathiques (comme les français ai-je envie de dire !). Je ne dirais pas qu’ils sont antipathiques, mais ils semblent “fermés”, réticents au dialogue au premier abord. Mais il faut comprendre que la guerre intestine contre les serbes ne remonte qu’à un peu plus de 20 ans, avec plus de 13500 pertes humaines côté croates. Même si les blessures ne sont plus vives, ceux qui ont plus de quarante ans restent quelquefois un peu méfiants, par réflexe, vis-à-vis des étrangers. On peut faire preuve de compassion et d’un peu de patience, je crois ! En étant, nous-même, sympathiques, les sourires finissent par se décoincer.

A noter aussi que les niveaux de revenus sont très bas, ce qui ne rend pas forcément gaie la caissière qui trime à la tâche…

Enfin, il y eut ce faux-espoir d’un renouveau politique apporté par un nouveau parti à la formation hétéroclite (Most, signifiant Pont) qui a surpris tout le monde (un peu comme le parti 5 étoiles en Italie) avec ses sièges au parlement et sa victoire aux élections de fin 2015. Malheureusement, de vives controverses ont mené à la dissolution de ce tout jeune gouvernement en juillet 2016. Il est désormais un gouvernement de transition jusqu’à de nouvelles élections en Septembre 2016.

Une situation historique, économique et politique qui n’est donc pas facile. Heureusement, la jeune génération croate – qui n’a pas connu la guerre mais, au contraire, l’appartenance à l’Europe – est plus combative, ouverte aux changements, désireuse de rencontres et de voyages.

oeuf zagreb