Voudrais-tu pouvoir voyager ? Vivre des aventures ? T’évader des 4 murs d’un bureau gris pour découvrir le monde ?

Si oui, je te propose de te laisser inspirer par cette interview. Pauline a suivi notre formation pour réussir dans les micro-services. Elle a ainsi pu obtenir suffisamment de revenus, en complément de systèmes D, pour vivre où elle veut, comme elle le veut !

Nous connaissions Pauline (ou Pam) par le groupe de nos formations (Groupe Facebook sur lequel nous apportons notre support et où une superbe mentalité règne entre les membres 🙏🏼). Nous avons eu enfin la chance de la rencontrer lors de notre séjour à Montréal. C’est une  fille pétillante, intelligente et pleine de bon sens.

Si tu as envie de liberté, ce témoignage peut t’éclairer. C’est parti !

Pauline : d’ingénieure à rédactrice Web pour vivre pleinement

Peux-tu te présenter ? (Qui es-tu ? Quel âge as-tu ?)

Hello, je m’appelle Pauline (Pam pour les amis) et je viens d’avoir 30 ans. Je suis une voyageuse polyvalente qui a sans cesse besoin d’apprendre et de changer de décor.

Raconte-nous ta vie d’avant. Quelle était ton activité professionnelle ?

J’ai commencé par faire un Master en neurosciences et physiologie. Puis, après plusieurs mois de chômage et de recherche d’emploi partout dans le monde, j’ai été embauchée dans un centre de recherche tout près de ma ville natale.

Mais j’ai très vite compris que je ne pourrai pas être ingénieure d’études toute ma vie, et que ce travail ne me rendait pas heureuse.

J’ai eu une grosse période de remise en question autour de 25 ans, et j’ai finalement tout quitté pour partir un an en PVT (permis vacance/travail) en Nouvelle-Zélande.

Là-bas, j’ai travaillé dans des fermes, j’ai appris la permaculture, j’ai nourri des veaux au biberon, tondu des moutons…

Et puis, je suis revenue en France avec une idée en tête : à partir de maintenant, je ne ferai plus que ce que j’aime.

C’est comme cela que je me suis inscrite en CAP pâtisserie et que j’ai décroché mon diplôme en moins d’un an, en allant même aux MOF avec mon maître d’apprentissage.

Tu as décidé de devenir rédacteur web. Pourquoi ce choix d’activité ? Quel a été le déclic de cette reconversion professionnelle ?

Au cours de mon année en pâtisserie, j’avais fait une demande de PVT pour le Canada, car j’adore ce concept. J’ai été tirée au sort, et j’ai donc prévu de partir juste après la fin de l’année scolaire.

Cependant, je n’avais pas vraiment envie de travailler dans ce domaine, mais je voulais pouvoir gagner de l’argent tout en voyageant. J’avais un blog de voyage depuis quelques années, et je me suis dit que je pouvais certainement développer mes compétences rédactionnelles afin de vendre mes textes.

Comment t’es-tu formée à la rédaction web ? Comment t’es-tu lancée ?

Je suis tombée un peu « par hasard » (même si je ne crois pas aux coïncidences) sur le site de la Famille Nomade Digitale, et j’ai su ce que je devais faire.

J’ai suivi les formations, ai ouvert ma micro-entreprise, et suis partie au Canada en l’espace de quelques semaines.

Au départ, j’ai fait des promotions éphémères, créé un site Web, et les clients sont venus naturellement.

Comment est ta nouvelle vie de rédacteur web ? Qu’est-ce qui a changé dans ton quotidien ?

J’ai beaucoup voyagé au Canada et dans d’autres pays d’Amérique, ce qui me plaît énormément. Je passe quelques heures par jour à écrire et gérer mon profil et ma comptabilité. Et le meilleur dans tout cela, c’est que je m’organise comme je veux. Je sais que je travaille mieux l’après-midi et en soirée, et que mon attention se limite à deux heures. Je prévois donc mes journées en fonction de ça, et le reste du temps, je visite l’endroit où je séjourne.

Combien de temps a-t-il fallu pour que tu gagnes ta vie comme rédactrice web ?

C’est une question difficile, car « gagner sa vie » est un concept flou qui est propre à chacun (et puis ma vie je l’ai déjà gagnée 🙂). Mais si vous voulez parler de salaire, allons-y.

Ce qu’il faut savoir, c’est que mon but dans la vie n’est pas de gagner beaucoup d’argent, mais d’en dépenser peu et d’avoir du temps libre.

Je fais donc très souvent des workaway là où je réside (3h de travail par jour dans une auberge en échange d’un lit gratuit), et ponctuellement des heures supplémentaires payées si le travail me plaît.

Mon activité de rédactrice n’est donc pas à plein temps, et je ne vise pas un salaire à 5 chiffres. De plus, j’ai dès le départ tenu à me spécialiser dans les domaines qui me passionnent : le voyage et le bien-être, ainsi que la traduction Anglais/Français.

Je savais donc que le démarrage serait moins facile que pour mes collègues plus généralistes, mais c’est un choix que je ne regrette pas.

Au bout d’un an d’activité, je fais un peu moins de 1 000 euros de CA par mois. J’ai maintenant des clients réguliers, et chaque mois j’augmente mon bénéfice, ce qui me convient parfaitement.

Quelles furent tes pires galères depuis que tu es freelance ?

Les clients sont parfois un peu casse-pieds quand ils donnent des consignes floues ou qu’ils changent d’avis toutes les 5 minutes. Mais globalement, je n’ai pas eu de galère, à part des incompréhensions avec l’URSSAF les premiers mois (spoiler alert : tout est résolu maintenant).

Quelles sont les plus belles choses survenues depuis que tu es rédactrice web ?

La sensation de liberté et de sécurité financière. Car même si, pour l’instant, mes revenus ne sont pas extraordinaires, je sais que si un jour j’ai vraiment besoin d’argent, je peux toujours m’y mettre à fond et faire des commandes.

J’ai la chance de profiter de ma liberté et de voyager autant que je veux, et c’est ce qui compte le plus pour moi en ce moment.

Et en parlant de belles choses, j’ai rencontré la Famille à Montréal. 😁

Si tu devais résumer en un seul mot ton état d’esprit depuis que tu es rédactrice web, quel serait-il ?

Entrepreneuse.

Quel conseil donnerais-tu à ceux qui veulent faire comme toi et devenir rédacteur web ?

Lancez-vous ! Attention, ça n’est pas pour tout le monde. Mais si tu es convaincu(e) que tu peux réussir, et que tu as la motivation nécessaire, alors vas-y.

Un dernier mot pour nos lecteurs ?

Amour ❤️

Un grand merci à Pam pour son témoignage. Si vous avez besoin d’un article sur le voyage ou le bien-être, son travail est d’une qualité exceptionnelle. Découvrez son profil sur 5euros.com pour en savoir plus.