Voilà une question qui revient souvent : c’est quoi être nomade digital ?

Être nomade digital  c’est faire le choix de ne plus avoir de maison, de bureau fixe et voyager au gré de ses envies. C’est avoir un travail que l’on peut faire à distance  juste avec un ordinateur et une connexion internet.

Mais être nomade digital ce n’est pas que cela. C’est aussi une personne (ou une famille dans notre cas) qui ne veut plus se contenter de regarder filer le temps. Etre juste un spectateur de sa vie ne lui suffit plus.

Qui ne veut plus que son travail l’oblige à garder un bureau fixe à un endroit imposé alors qu’il peut poser son ordinateur portable n’importe où dans le monde grâce aux nouvelles technologies.

C’est casser la routine du métro-boulot-dodo pour profiter de la beauté du monde qui l’entoure sans avoir à attendre l’âge de la retraite.

C’est aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, même sans aller loin : dans une autre région, ou chez nos voisins européens. Hé oui, il n’est pas nécessaire de partir à l’autre bout du monde pour agrémenter ses journées d’un peu d’exotisme !

Surmonter ses a-priori stupides sur certains pays et sortir de sa zone de confort. Ce n’est pas toujours si évident, mais cela peut être pris comme un défi à relever.

Ne plus calquer sa vie et ses ambitions sur un modèle qui finalement ne nous correspond pas ou plus. Ce n’est pas parce que la société nous dit que nous devons faire des études, avoir un emploi (de préférence en CDI) et acheter une maison que nous devons tous vivre ainsi.

Ne plus avoir de logement « à soi » mais vagabonder d’un logement à un autre, d’une ville à une ville, d’un pays à un autre, avec l’essentiel dans son sac à dos ou sa valise.

Mais surtout se sentir un citoyen du monde et vouloir offrir cela à son enfant.

Voilà ce à quoi j’aspire de plus en plus. Le nomadisme digital m’a permis de trouver une nouvelle résonance à la liberté personnelle que nous recherchons tant. Finalement, le voyage n’est qu’un chemin pour y accéder.

On ne va jamais aussi loin

Que lorsqu’on ne sait pas où l’on va.

Christophe Colomb

Parfois je compare le nomade digital à un hippie des temps modernes. Bon, la consommation de certains produits illicites en moins. 🙂

Il voyage au gré de ses envies. Parfois il se regroupe en communauté pour échanger et se créer un peu de vie sociale. Il est hors système. Le digital nomad peut être attiré par l’économie collaborative, le minimalisme, se sentir concerné par l’écologie et recherche souvent une vie plus saine (Yoga, sport, vegan).
Et puis ce mode de vie a un petit côté bohème que j’aime beaucoup. On ne sait pas où nous poserons nos valises dans 6 mois.

Travailler tout en voyageant

Quand on a une activité en ligne tout est (presque) permis pour profiter de cette liberté de déplacement. Il faut juste avoir un ordinateur et une connexion internet. Avoir numérisé tous les documents importants. Tant de possibilités se présentent à vous. Et le monde devient votre bureau !

Pour moi, être un nomade numérique c’est pouvoir vivre sa vie comme bon nous semble et faire en sorte de la rendre plus inspirante et plus productive afin d’en tirer le meilleur. Et si, en plus, on aime ce que l’on fait c’est encore mieux !

Travailler, voyager et explorer son pays ou le monde entier seul, en couple ou en famille. Ça donne envie non ?

Alors, bien sûr, vous aurez ceux qui ne partagent que des photos de lieux paradisiaques, les doigts de pieds en éventail au bord d’une plage de sable blanc ou d’une piscine. Qui passent plus de temps à changer d’hôtel et à ranger leurs affaires dans leur sac à dos qu’à découvrir le lieu. Ils ne restent que 3 ou 4 jours sur place. Le meilleur moyen de s’épuiser physiquement mais aussi nerveusement. Quelle erreur (à mon sens) ! Alors qu’il suffit de ralentir la cadence et de se mettre au slow travel pour apprécier pleinement ce mode de vie 2.0

Comment combiner slow travel, famille et travail ?

Lorsque nous avons fait ce choix de vie en 2013, nous avons souhaité, dés le départ, rester un mois au même endroit. Louer un logement en entier, meublé, et nous poser. Prendre le temps de prendre son temps. Et, quand on est une famille, c’est indispensable.
Avoir un espace de travail /d’études pour chacun d’entre nous. Parce que le travail fait partie intégrante du nomade digital. C’est ce travail, cette activité lucrative, qui va nous permettre de voyager ainsi.

Changer la vue de son bureau chaque mois c’est une sacrée chance. Et nous en sommes reconnaissants chaque jour. Alors pour que tout se passe sans accroc, il vaut mieux se mettre en tête dés le départ que nous ne sommes pas vacances. Qu’il faudra partager son temps entre travail et loisirs si l’on veut que cela fonctionne. Quand on a des enfants, cela n’est pas si compliqué. Pas plus compliqué que la gestion du quotidien d’une vie sédentaire. Avec à la clef, une ouverture d’esprit qui sera bénéfique à l’enfant en grandissant.

Être nomade digital

Zagreb (Croatie) août 2016

Être nomade digital et après ?

Quand je réfléchis aux inconvénients de cette vie nomade, je n’en vois aucun. Sincèrement. Nous avons su nous adapter aux différentes situations rencontrés et adapter ce mode de vie à nos personnalités.

Etre nomade digital depuis juillet 2013, fait que forcément nous avons évolué dans notre organisation, dans notre logistique de famille nomade digitale. Nous avons acquis une certaine expérience, nous savons comment optimiser nos recherches de logement et nos déplacements en transports en commun. Mais depuis peu, rallonger d’un mois notre temps de séjour nous trotte de plus en plus dans la tête. Cela nous permettrait d’économiser de l’argent et du temps sur les déplacements et les changements de logement chaque mois d’un pays à un autre. Mais aussi pour se donner plus de temps pour la découverte du lieu où nous séjournons et ses environs. 1 mois, cela passe assez vite.

Pour conclure, c’est cette façon de vivre hors norme qui nous façonne au fil des voyages et des rencontres que nous faisons. Qui nous ouvre l’esprit sur ce qui nous entoure.  Etre nomade digital c’est finalement  vivre une vie extraordinaire tout en étant quelqu’un d’ordinaire.

Si rien ne nous en empêche, nous continuerons ainsi encore pour de nombreuses années.

Tant que nous y trouvons notre équilibre c’est tout ce qui compte.