Aprés 4 mois en France, dans le Var, nous voici repartis vers le sud de l’Espagne, en Andalousie plus précisément. C’est parti pour retrouver notre vie de nomades digitaux en Espagne. Yes !! Mais cette fois-ci, comme nous l’avions annoncé nous ne nous y rendons pas en voiture mais en avion. Un gros changement pour nous.

Logistique de notre Famille Nomade Digitale :

Forcément, pour voyager ainsi pendant plusieurs mois, de nombreuses concessions ont été faites. Il a fallu beaucoup s’alléger au niveau des bagages. Et cela n’a pas été simple, croyez-moi. Quand on voyage en utilisant les transports en commun, c’est toujours un peu plus compliqué. Il y a bien évidement nos indispensables : nos ordinateurs  et matériel informatique/Photo/vidéo. Sans oublier les consoles portables dont Logan refuse de se séparer. Geek un jour…

Malheureusement, nous n’avons pas eu de vol direct pour Jerez De la Frontera (aéroport de destination) pour la date prévue. Nous devions prendre prendre un vol pour Barcelone. Une nuit à l’hotel “Flora” à Castelldefels que nous aurions bien aimé avoir le temps d’apprécier plus longuement. Puis, le lendemain, direction l’aéroport pour un nouveau vol d’1h30 vers Jerez. Il  y a eu des moments où nous avons regretté la facilité qu’apporte de voyager avec sa voiture. 😉

L’attente ; les contrôles de sécurité stressants parce que l’on vous pousse à vider vos affaires avec précipitation ; courir en descendant de l’avion pour récupérer sa valise à l’autre bout de l’aéroport de Barcelone ; et finalement attendre 20 minutes devant le tourniquet à bagages arrêté. Bon, c’est clair que nous nous améliorerons et nous habituerons. Ce nouveau mode de voyage demande juste un petit temps d’adaptation. L’avantage, c’est que nous marchons beaucoup, beaucoup plus qu’avant. Ce qui compense les heures passées assis devant nos ordinateurs.

Vous imaginez certainement comme notre arrivée sur le sol Andalou fut apprécié. Un ciel irrésistiblement bleu, un soleil qui vous chauffe déjà la peau et nos retrouvailles avec Beny “notre cousine “ rencontrée il y a 3 ans et à laquelle nous sommes très attachés depuis, ainsi qu’à son mari et sa fille.  Elle nous accueille avec un gros câlin et son sourire radieux nous fait vite oublier la fatigue du voyage.

Notre “chez nous” pour 2 mois :

Venue nous chercher à l’aéroport, Beny nous emmène donc en voiture. Les paysages familiers défilent devant nous. Nous sommes à Chipiona, dans la Province de Cadiz, en Andalousie. Une ville que nous connaissons bien puisqu’il s’agit de notre troisième séjour ici. Après un début d’année plutôt difficile avec la fermeture de notre entreprise, Chipiona et sa douceur de vivre nous faisait irrésistiblement de l’oeil. Etre digital nomad en Espagne a une saveur particulière. Un rythme différent. On s’adapte à la vie locale. On mange tard.

Nomade digitale en Espagne-tapas El Faro- famille nomade digitale

Ici on parle fort, on aime se retrouver autour d’une assiette de tapas ou de ración (plat) à partager à plusieurs. La vie ici coûte moins cher, ce qui est un avantage non négligeable lorsque voue repartez de zéro et que vous avez un budget serré.

Le mois de mars oscille entre températures presque estivales et pluvieuses. Heureusement, avril va bientôt pointer son nez et, avec lui, le soleil andalou se fera encore plus caressant. Le logement que nous occupons est à quelques mètres de la plage ou plutôt des plages de Chipiona. En effet, Chipiona ne compte pas moins de 9 plages ! Ainsi, chaque jour, je me contrains  à une marche jusqu’à la mer. Pour respirer le grand air marin, faisant parfois au passage 2/3 courses dans les petits commerces du centre. Mes pas me mènent forcément jusqu’au phare si proche et imposant qui domine la ville. Sans oublier les balades en fin de journée pour admirer les splendides couchers de soleil.

phare de Chipiona-nomade digitale en espagne-famille nomade digitale

coucher de soleil à Chipiona-nomade digitale- famille en voyage en espagne

Nous essayons de trouver un juste équilibre entre travail et sorties. Et même si, ces dernières semaines, nous avons dû soutenir une cadence de travail assez rude pour soutenir notamment Logan dans ses projets, quel plaisir que de s’aérer l’esprit en se mêlant à la vie locale juste pour un court moment. Ces petites pauses permettent de  reprendre le cours de nos activités respectives avec l’esprit plus léger. Retrouver la quiétude des plaisirs simples, c’est ce à quoi nous aspirons tous.

Au fil des prochains jours c’est avec toujours autant de plaisir que je partagerai avec vous notre quotidien de famille nomade en Espagne.