Tu te poses des questions sur le quotidien d’un nomade digital à Chiang Maï ? Comment te loger ? Les loisirs, la nourriture, le travail à distance ?
Voici notre expérience à la suite de nos 3 séjours sur place.

La Thaïlande fait partie, depuis plusieurs années, des destinations préférées pour un nomade digital.
Certaines villes, comme Bangkok et Chiang Maï, sont des hubs très connus où se retrouvent les communautés mondiales de travailleurs à distance.

Il nous aura fallu attendre novembre 2017 pour découvrir tout le charme de cette ville du nord de la Thaïlande. J’avais fait un petit retour rapide sur nos premières découvertes de Chiang Maï. Nous y sommes retournés deux autres fois, de février à mai 2018 puis de février à mai 2019.

À chaque fois, en faisant une demande de visa touristique pour la Thaïlande et une extension de 30 jours sur place afin d’y rester 90 jours.
Si une pandémie ne s’était pas abattue sur le monde, nous y serions retournés fin 2020 pour y séjourner 2 ou 3 mois. Ce n’est que partie remise, comme on dit ! 😊

C’est ce qui m’a donné l’idée d’écrire (enfin !) un article plus complet sur cette destination tant convoitée par les nomades numériques. Et qui est l’un de nos coups de cœur depuis le début de notre vie nomade, en juillet 2013.

Notre vie quotidienne à Chiang Mai

Se loger

Si tu souhaites vivre en mode nomade digital à Chiang Maï, tu sais sans doute qu’il existe, au cœur de la ville, un quartier pour les travailleurs à distance : Nimmanhaemin road, plus connu sous le nom de « Nimman ».

C’est là que séjourne et vit la quasi-totalité de la communauté nomade digitale mondiale.

C’est certainement l’endroit idéal pour faire des rencontres et participer à des évènements. Il y a tout un tas de cafés branchés et de restaurants dans lesquels les occidentaux de toutes nationalités se retrouvent. Mais ce n’est pas forcément l’endroit qui correspond à tout le monde.🙂

De notre côté, nous avons préféré nous en éloigner pour nous loger à 6 kilomètres du carré central. Nous avions tout à proximité : cafés, restaurants, salon de massage, coiffeur, boulangerie, centres commerciaux.
Lors de nos séjours, nous avons reloué le même appartement, car nous l’apprécions ainsi que son environnement. C’est certainement pour cette raison que nous avons autant adoré vivre dans cette ville. Nous avions trouvé le quartier parfait pour nous. Ni trop bruyant, ni trop calme.

Juste ce qu’il faut pour travailler dans de bonnes conditions et profiter de son temps libre.

Voici une vidéo de notre quartier filmé en 360.

Trouver un logement n’a rien de compliqué. Tu peux utiliser la plateforme Airbnb (séjour de 1 mois minimum).

Réserver sur Booking une chambre privée dans une guest house puis faire le tour des condos afin de trouver un appartement dans tes critères.

Sur les groupes Facebooks de digitals nomads ou d’expatriés à Chiang Mai tu pourras avoir des bons plans locations ou entrer en contact avec des propriétaires.

Au cours de notre premier séjour, nous avons rapidement pris nos marques.
À peine nos valises posées, nous sommes sortis nous chercher à manger pour le soir. C’était justement jour de marché en face de notre résidence.

L’occasion de nous plonger immédiatement dans l’ambiance et de savourer nos premiers repas thaïlandais. Lors des séjours suivants, certains vendeurs nous reconnaissaient.

Et plus particulièrement, la dame du stand de pad thaï chez qui nous faisions un arrêt une à deux fois par semaine. Le sourire et la courtoisie des Thaïlandais sont des raisons supplémentaires qui nous poussent à revenir dans ce pays et plus particulièrement à Chiang Maï.

Téléphone et internet

Comme nous le faisons souvent, nous avons acheté une carte sim locale chez l’opérateur AIS. Je ne me souviens plus du tarif, mais c’était plutôt abordable.
Nous n’en avions pas besoin pour travailler, car la connexion internet dans l’appartement a toujours bien fonctionné. Jamais eu de souci de Wifi !

Se déplacer

À Chiang Maï, tu te déplaces soit en Grab (un service de VTC, comme Uber), en scooter ou en songthaeo (songthaew) qui est un taxi collectif très répandu en Thaïlande. Il y a aussi les incontournables tuk-tuk qui font partie des moyens de transports typiques en Asie. Les trottoirs ne sont pas en très bon état (et parfois inexistants) ce qui limite les longues marches.

Cela peut-être un inconvénient pour ceux qui aiment se promener sans but à travers une ville. Mais même si tu ne peux pas te permettre de flâner le nez en l’air, la découverte de cette ville à pieds est des plus plaisants.
Au détour de ses petites rues étroites, il y a toujours une devanture de restaurant, un temple ou un espace fleuri pour nous surprendre.

Découvrir la ville de Chiang Maï et ses environs 

Il y aurait, prés de 350 temples d’après le site du Routard! Nous n’en avons visité que très peu, mais c’était à chaque fois un plongeon dans un univers spirituel et relaxant.

Tout comme nos sorties en dehors de la ville. Notamment, réaliser l’un de nos rêves : passer la journée dans un refuge pour éléphants.

Réaliser des activités, vivre certaines expériences, ça fait partie des avantages de cette vie Lors de nos séjours, nous avions encore un planning de travail classique, du lundi au vendredi.

Mais nous sortions déjeuner tous les jours.  Cela revenait bien moins cher de manger à l’extérieur que de cuisiner.
Et puis, niveau, ustensiles de cuisine, c’était plutôt limité.

Nous avions des petits restaurants à proximité de notre condo. Mais aussi un BIG C, avec un espace food court, juste à quelques mètres. Je souris en écrivant ses mots, car je réalise combien la nourriture prend une place incroyable à Chiang Mai.😀

Ainsi qu’un marché nocturne du jeudi au samedi où nous allions déguster de délicieux Pad Thai.

Pas très loin, se trouve le plus grand centre commercial de la ville :  Central Festival. Pour juger de sa grandeur et voir tout ce que tu peux y faire, voici 6 vidéos filmées en 360 degrés.

 

Il n’y a qu’en Thaïlande et en Malaisie que nous avons pu voir des centres commerciaux aussi gigantesques ! L’occasion pour Patrice et Logan d’assister à des séances de cinéma en 4DX en version anglaise. Parce qu’aller au cinéma fait partie des loisirs qui peuvent manquer selon les pays où nous séjournons. Pour ma part, je profitai de ce temps pour faire les magasins, non pas pour acheter, mais plutôt par curiosité. Ce sont surtout les magasins que nous n’avons pas l’habitude de trouver en Europe qui m’attirent. Et puis, j’aime observer les gens, leurs comportements, leurs tenues vestimentaires. Les différences culturelles entre l’occident et l’Asie peuvent surprendre.

Sous le charme de la rose du nord

C’est en vivant plusieurs mois à Chiang Maï, sur un rythme lent, que nous avons pu tomber sous son charme. Car cette ville, surnommée la rose du nord, peut sembler déconcertante et peu attractive pour certains voyageurs.

C’est le constat que l’on peut faire avec de nombreuses villes qui sont réputées et conseillées. Il peut y avoir un ravin entre l’imaginaire et la réalité sur place. C’est donc facile d’être déçu quand on a trop d’attentes.
Un temps d’adaptation est parfois nécessaire pour voir son avis évoluer. Parfois, simplement en changeant de quartier, on découvre la ville sous un angle plus flatteur, plus calme. Notre vision et notre ressenti changent.

Il y aussi des mois qui sont plus propices que d’autres : novembre et décembre par exemple. La saison des brulis qui commence généralement fin février et qui dure jusqu’en avril, c’est clairement la période à fuir ! En 2019, elle fut vraiment difficile à supporter. L’air était horriblement pollué. Nous avons tous les 3 été malades (toux, maux de gorge, grosse fatigue). Nous ne sortions quasi pas et, si nous le faisions, c’était avec un masque. Du coup, nous n’avons pas pu profiter de la ville ni faire les activités que nous avions prévues.

Qui aurait imaginé qu’un an après, cet accessoire ferait son apparition dans le monde entier ?😕

Digital nomad à Chiang Maï : les avantages

Le coût de la vie

Comme dans de nombreuses villes asiatiques, on peut manger, boire et faire des activités sans faire exploser son budget mensuel. C’est ce qui attire de nombreux nomades digitaux débutants, car cela leur permet de démarrer leur activité sans trop de pression financière. Le nord de la Thaïlande reste moins cher que le sud qui est bien plus touristique.

En ce qui concerne le logement, notre appartement nous revenait à 750 euros par mois (inclus : eau, électricité et internet). Pour un 2 chambres (et 2 salles de bains !) avec piscine et salle de sport. C’était plutôt attractif.

Et niveau  nourriture ? Je peux dire que nos papilles et nos estomacs n’ont jamais été déçus !


La communauté digitale nomade 

Il y a des coworkings et des cafés qui permettent de travailler à distance, avec son ordinateur, dans de très bonnes conditions. Le plus connu des espaces de travail partagé est C.A. M.P qui se trouve dans le centre commercial MAYA.

Nous ne l’avons pas utilisé, car nous travaillons toujours depuis notre logement. 

Pour info, il y a un décalage de +5 h en été et +6h en hiver entre la Thaïlande et la France.  C’est important de bien prendre en compte cela pour organiser tes appels clients si tu es freelance,


Fréquenter ce type d’endroit permet d’entrer en contact avec de nouvelles personnes. Ce qui est un vrai plus lorsque l’on est un nomade digital qui voyage seul.

Je reconnais que c’est agréable de se retrouver autour d’un apéro entre francophones, et ainsi d’en apprendre plus sur la ville. De partager nos expériences réciproques en tant qu’entrepreneurs nomades. De faire connaissance autour d’une bière avec un webpreneur que tu ne connais qu’au travers de ses vlogs sur YouTube. De découvrir des profils différents et de te lier d’amitié avec certains. De passer un peu de temps avec des familles qui ont suivi le même chemin que nous.

La Thaïlande étant une destination phare pour les nomades du numérique, c’est impossible de ne pas y faire des rencontres et d’y créer du lien social.

Et l’environnement est vraiment propice au travail. Nous avons ainsi régulièrement rédigé des articles pour nos clients ou pu créer des formations sans jamais nous prendre la tête en raison d’une connexion instable ou du bruit incessant.

S’oxygéner et faire des sorties

Nous n’avons jamais été confrontés à quelque chose de compliqué en vivant à Chiang Maï. Lorsque nous voulions aller dans un lieu spécifique, il suffisait de réserver un VTC par l’application Grab.
Une fois, nous avions prévu d’aller voir un temple (je ne sais plus lequel) et finalement, pour quelques billets, notre chauffeur Grab s’est transformé en guide. C’est ainsi, par hasard, que nous avons découvert le village Hmong et le Doi Pui Waterfall Garden.

Il nous a aussi accompagnés jusqu’à un spot photo avec un superbe panorama comme toile de fond.

Il y a de nombreux lieux  à découvrir et d’activités à faire autour de Chiang Maï si tu aimes la nature : trekking, bains dans les sources d’eau chaude, baignade en rivière, etc.
Et c’est pareil pour le sport. Il y a, par exemple, des cours pour s’initier au Muay Thaï, le sport national.

La sécurité à Chiang Maï

Nous n’avons jamais ressenti de danger en nous déplaçant dans et à l’extérieur de la ville. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rester vigilant selon les quartiers où l’on va, ou les personnes avec qui on est. Mais, à ce jour, je n’ai jamais entendu de retour négatif de voyageurs ou de digital nomads à ce sujet.

Conclusion

En me plongeant dans la rédaction de cet article, j’ai redécouvert avec plaisir cette merveilleuse ville. Des tas de souvenirs ont refait surface.

Vivre et travailler à distance depuis Chiang Maï fut si agréable que je suis un brin nostalgique quand j’y repense. Chiang Maï est une ville dans laquelle il fait bon vivre pour quelques mois en tant que digital nomad. Notre expérience a été positive, mais comme beaucoup de destinations, elle peut sembler surcotée et ne pas plaire à tout le monde.

Dis-moi, en commentaire, si tu es déjà allé à Chiang Maï et quel est ton ressenti vis-à-vis de cette ville ?