En faisant le choix de devenir nomades digitaux en famille, nous n’avions aucune idée de ce qui nous attendait vraiment. Ni pendant combien de temps nous allions vivre ainsi.

Et, aujourd’hui, nous entamons notre dixième année : c’est le 31 juillet 2013 que débutait notre nouvelle vie !

Celle que nous avions mûrement choisie.

Celle que nous avions mis 7 mois à préparer.

Une existence faite de voyage permanent en famille tout en travaillant par Internet.

Rester nomades, rester libres

Au fil de ces neuf années, nous avons vécu dans d’incroyables endroits et fait de merveilleuses rencontres. J’ai partagé tout cela dans un bilan quasi annuel que je prends plaisir à écrire à chaque début janvier.

Parce que c’est important de garder une trace écrite ou une photo de chacun de ces instants. De ne pas oublier que nous vivons quelque chose de fort, d’incroyable, de hors norme… Que ce quotidien d’entrepreneurs nomades n’a rien de banal !

Cette décision prise un jour de décembre 2012 nous a totalement et irrémédiablement changés. C’est elle qui nous forge et nous insuffle la force de nous relever à chaque fois que nous avons pu tomber.

Tout semble si différent lorsque tu as un cap à tenir !

Lorsqu’en janvier 2017, nous avons dû repartir de zéro et chercher une nouvelle source de revenus après la faillite de notre entreprise, elle était là, au centre de nos discussions.

C’était tellement inconcevable pour nous d’y renoncer que nous nous sommes démenés pour trouver une solution.

Parce que cette vie de nomades était devenue notre essentiel. Bien sûr, nous ne sommes pas toujours maîtres des événements qui la jalonnent. Nous avons appris à nous adapter. À faire avec. À chercher ce que nous pouvons en retirer de bon. D’autant plus après ce que le monde à traversé ces deux dernières années !

Faire une pause pour mieux repartir

Tu l’as peut-être remarqué : ça fait un petit moment que je n’ai rien écrit sur nos voyages.  Ce qui n’a rien d’étonnant : depuis notre retour en Bulgarie en mars (après 3 mois en Espagne), nous n’avons pas beaucoup bougé. Excepté, bien sûr, les quelques petits séjours dont je vais te parler un peu plus loin.

Nous avions prévu de profiter du printemps pour organiser un séjour en Roumanie ou en Grèce, mais voilà : le temps a filé trop vite ! Nous nous sommes laissés emporter par nos projets en cours et… l’été était déjà là !

Sur le coup, quand j’y pense, j’ai le mauvais réflexe de m’agacer de cette absence de voyage. Je ne sais pas si c’est dû à mon âge, mais j’ai l’impression de « perdre » du temps que j’aurais pu utiliser en découvrant de nouveaux endroits.

Rester cinq mois sans voyager me semble une éternité !

Alors que notre style de vie nous offre, même sans changer de pays, de nombreuses libertés :

  • Notre temps de travail déjà : nous le modulons à notre guise ;
  • Le choix de nos activités professionnelles ;
  • Bosser avec qui l’on veut, comme on veut ;
  • Ou bien la possibilité de prendre des vacances presque du jour au lendemain, sans avoir besoin de demander la permission à quiconque.

Voyager dans son propre pays en mode travail et vacances

C’est ce que nous avons fait, début juin, avec Patrice, en partant 4 jours à Nessebar, au bord de la mer Noire en pleine semaine. Nous avions emporté nos iPad et pouvions ainsi, au besoin, gérer certaines tâches professionnelles urgentes tout en profitant d’un environnement de vacances.

Dans notre « ancienne vie » nous n’aurions jamais pu faire cela aussi facilement.

Nous avions certaines contraintes logistiques liées à notre commerce en ligne qui empêchaient ce genre d’ impulsivité.

Ce qui n’est plus le cas depuis que nous sommes devenus rédacteur web et blogueuse, puis formateurs en ligne.

Lorsque des amis de très longue date ont décidé de nous rendre visite en juillet, nous avons pris une douzaine de jours de vacances et pu leur faire découvrir un peu de la Bulgarie.

L’occasion de faire une pause digitale pour bien s’ancrer dans le moment présent.

Et puis au mois de juillet, nous avions deux anniversaires à fêter :

  • Celui de notre rencontre, avec Patrice,
  • et notre changement de vie !

La découverte a débuté avec Plovdiv, notre ville d’adoption.

Puis nous avons entamé un petit voyage en train jusqu’à Bansko, Velingrad puis Sofia.

Bansko, le nouvel eldorado des digital nomads

Petit retour en arrière.

Lorsque nous avons envisagé de nous installer en Bulgarie, Bansko était en tête de liste.

Pourquoi ?

Parce que, depuis quelques années, elle devient un véritable hub pour digital nomad.

Il y a de nombreux coworking et co-living qui ont ouvert. Ils attirent de plus en plus d’entrepreneurs nomades à venir s’y installer pour un mois ou pour des années.

L’immobilier est vraiment très accessible et tu peux acheter un appartement meublé, avec une chambre, pour 35 000 euros !

Cette ville est aussi, et surtout, une des stations de ski les plus abordables d’Europe.

Bref, nous avions gardé, dans un coin de notre tête, l’idée d’y faire un long séjour pour y tester la vie sur place.

Du coup, ce petit voyage entre amis est tombé à pic. Il nous a donné l’occasion de découvrir la ville et ses principaux attraits hors saison hivernale.

Nous avons pu faire des randonnées jusqu’aux lacs, découvrir la vieille ville de Bansko, gouter à sa gastronomie locale et profiter de notre charmant hôtel.

Cela nous a fait beaucoup de bien de quitter la ville pour un air pur et vivifiant.

Nous avons ensuite pris un nouveau train jusqu’à la destination suivante : Velingrad.

Velingrad, du repos et des sources thermales au programme

Ce ne fut qu’une courte halte dans ce lieu bien connu pour ses sources thermales.

Nous avions réservé la suite présidentielle (4 chambres) d’un magnifique hôtel SPA 5 étoiles pour accueillir notre groupe de 7 personnes. 🤩

Ce n’est pas le genre d’hébergement que l’on choisit habituellement, mais là, on voulait se faire plaisir.

Et puis, le lieu était fantastique : une parenthèse inoubliable pour nous et nos amis.

Malheureusement, la fin des vacances approche et nous devons quitter ce petit paradis pour rejoindre Sofia.

Sofia : capitale du nomadisme ?

Nos amis repartant en France depuis Sofia, ce fut logique de terminer notre programme par la capitale bulgare.

Nous y avons déjà fait 2 séjours, d’un mois à chaque fois : le premier en juillet 2017 et le second en juillet 2021.

C’est une ville dans laquelle beaucoup de Français s’expatrient, surtout lorsqu’ils lancent un business et veulent y créer un réseau professionnel. La communauté francophone y est très présente et c’est assez facile de faire des rencontres.

Il faut dire que, selon NomadList, c’est la ville la plus populaire pour un digital nomad : la capitale du nomadisme, en quelque sorte ! Bon, au moment où tu lis ceci, ça aura peut-être changé : le classement fluctue régulièrement. Mais il est étonnant de constater que les villes qui se disputent le top du classement sont : Sofia, Lisbonne, Varsovie, Budapest, Belgrade…

On pourrait imaginer que des villes comme Chiang Mai ou Bali seraient les tenantes du titre, mais que nenni ! Ce sont bien des villes européennes, et souvent de l’Est, qui ont les faveurs des entrepreneurs voyageurs !

Personnellement, j’aime bien Sofia. J’y apprécie la beauté architecturale de certains monuments. Nous y avons aussi quelques bonnes adresses. Mais ce n’est, au bout du compte, pas une ville où je pourrais vivre sur du long terme.

C’est une destination qui a de nombreux attraits touristiques, mais ce dernier séjour m’a conforté dans le choix de notre ville d’adoption : Plovdiv.😍

Il n’empêche : nous étions ravis de faire découvrir la capitale à nos amis ! Dès notre arrivée, nous avons opté pour un Walking Free Tour afin de leur faire connaitre les lieux emblématiques de Sofia.

La suite de notre séjour s’est déroulée entre visites, achat de souvenirs et bons restaurants.

Le seul bémol fut l’hôtel que nous avions choisi : ce fut une vraie déception. De palace, il n’avait que le nom – voire le prix. Le petit point noir de nos vacances : on ne peut pas tout maitriser !

Les avantages cachés de notre vie nomade

Je ne vais pas citer les points positifs de notre style de vie, car ils sont très nombreux. Ici, je veux mettre en exergue un point sur lequel beaucoup de gens nous interrogent.

  • « Comment faire pour garder le contact avec ses amis et sa famille ? »

Eh bien, tout simplement comme nous l’avons fait avec nos amis : les accueillir en vacances !

Nous avions fait la même chose en Espagne avec le frère de Patrice.

Nous sommes ainsi totalement disponibles pour eux et ils partent à la découverte d’un pays inconnu.

Il y a un autre avantage dont je parle peu : notre rapport avec le temps et l’argent.

L’été, plus particulièrement le mois de juillet (en tout cas pour nous), est un mois assez calme sur le plan professionnel. Alors, autant en profiter pour se détendre et ne pas se mettre de pression.

Comme dans toute activité indépendante, il faut avoir une trésorerie de plusieurs mois, voire un an d’avance, afin de ne pas souffrir d’une baisse subite de revenus.

Pour beaucoup de personnes, l’instabilité financière fait partie des freins pour se lancer en tant que freelance nomade.

Moi, je considère cela plutôt comme un atout.

Si besoin, nous pouvons :

  • travailler plus de temps,
  • diversifier nos sources de revenus,
  • vivre dans un pays où la vie est moins chère (comme en Bulgarie par exemple)…

pour nous adapter aux périodes creuses. Ce que l’on ne peut clairement pas faire lorsque l’on est salarié et sédentaire avec des charges fixes.

La liberté d’un nomade digital n’est pas liée au fait de voyager, mais à la possibilité de le faire !

Au final, toutes ces années d’une vie “différente” m’auront appris que ce n’est pas tant l’endroit où nous sommes qui compte, mais plutôt ce que nous faisons de notre temps.

De la richesse que nous tirons de notre style de vie.

Profiter de la vie, faire plaisir aux gens que nous aimons, partager, accompagner et soutenir : c’est ce qui donne du sens à ce que nous faisons au quotidien.

Mais il n’empêche que le manque de voyage commence à sérieusement se faire ressentir ! Mais nous avons des projets pour cet automne : j’en parlerai plus en détail très prochainement. ✈️

Notre dixième année de parcours nomade digital en famille s’annonce, une fois encore, pleine de découvertes et de dépaysement !

Et j’ai hâte de partager tout cela avec toi. ❤️