Select Page

Changer de Vie: Vivre sur un voilier

Changer de Vie: Vivre sur un voilier

Trouver un job sur un paquebot de croisière

Enfin ! Vous les attendiez et les voici de retour : nos interviews sur le thème “changer de vie“. le dernier était composé du témoignage d’Olivier qui vend des produits numériques. Et ce redémarrage de la série se fait en beauté : Larissa et Erwin nous présentent leur formidable aventure de vie à bord d’un voilier.

Pouvez-vous vous présenter ?

Erwin – Capitaine du Larwin, 40 ans en janvier que l’on fêtera au milieu de l’océan Atlantique, Belge de Bruxelles.
Larissa – femme du capitaine, nouvelle aventurière des mers, de Bruxelles également.

Vivre sur un voilier
"Nous sommes, chaque jour, conscients de notre chance. Nous naviguons avec le vent, visitons énormément de pays et goûtons à chaque culture différente. Nous partageons régulièrement ce bonheur avec nos amis et nos familles que nous accueillons à bord. "

Qui êtes-vous ?

Nous sommes un couple qui avons décidé de changer de vie. Nous sommes passés de la vie active de citadin à celle de nomades en mer.

Quel âge avez-vous ?

Erwin – 40 ans en janvier 2017
Larissa – 27 ans

Quelle est votre profession ?

Nous étions tous deux dans l’immobilier. Erwin, indépendant, détenait plusieurs sociétés et gérait sept franchises. Ces vingt dernières années, Erwin a énormément travaillé.

Racontez-nous votre vie d’avant ?

Une vie de citadin Bruxellois, sans soleil. Par ailleurs, une vie dynamique avec beaucoup de travail, quelques sorties entre amis, et quelques jours de congé par an.

antoine-mettre-les-voiles

Livre conseillé pour la vie en mer
disponible sur Amazon

bivouac en plein sahara

Bivouac en plein désert du Sahara

Pourquoi avoir décidé de vivre sur un voilier ?

Tout a commencé par une invitation de Nicolas, le meilleur ami d’Erwin, nous proposant de le rejoindre sur son voilier pour l’aider à effectuer la traversée de l’Islande au Groenland lors de son périple du passage du Nord-Ouest en 2013. A notre retour, Erwin a été piqué par le virus de la mer.
C’est un magnifique moyen de voyager partout dans le monde en ayant toujours son chez soi. On est porté par le vent, on s’arrête où l’on veut et quand on le souhaite.

Qu’est-ce qui vous a décidé à franchir le cap ?

Lors de notre séjour sur le voilier de Nicolas, le grand challenge pour Erwin était de vivre trois semaines sans connexion. A notre retour du Groenland, les yeux amplis de ces magnifiques paysages, la reprise à la vie active et stressante a été plus difficile que prévue. Mais aussi, accompagnée de soucis de santé… Il est obligé de lever le pied.

Où suivre Olivier Roland

Qu’en pensent vos proches ?

La famille d’Erwin a été très enthousiaste par l’idée et nous a soutenus jusqu’au bout. En ce qui concerne la famille de Larissa, elle a été plus réticente et craintive par le projet et nous conseillait de bien y réfléchir avant de nous lancer… Mais aujourd’hui, ce sont les premiers à nous admirer et nous donner raison.

Comment est votre nouvelle vie jusqu’à présent ?

Nous ne regrettons rien et sommes, chaque jour, conscients de notre chance. Nous naviguons avec le vent, visitons énormément de pays et goûtons à chaque culture différente. Nous partageons régulièrement ce bonheur avec nos amis et nos familles que nous accueillons à bord. Nous ne manquons de rien et nous voulons simplement que cette vie continue ainsi ! Nos yeux sont émerveillés par tout ce qu’il y a voir et ce que nous voyons.

Qu’attendez-vous de l’avenir ?

Nous espérons parcourir encore beaucoup de pays et aller plus à la rencontre de la population. Nous sommes inscrits dans des associations tels que « Travel with a mission » et « Voiliers sans frontières » dans l’espoir de participer à des projets humanitaires et pouvoir leur venir en aide.
Ensuite, notre projet final serait de trouver l’endroit idyllique à nos yeux pour y ouvrir une maison d’hôte.

Combien coûte la vie sur un voilier ?

Sur un voilier, nous avons moins de besoins. La vie est plus simple, nous mangeons et nous cuisinons ce que nous avons, nous pêchons, nous vivons localement et économiquement. Nous avons, toutefois, des frais d’entretiens et d’assurance que nous estimons à 10.000 euros par an. Et nous nous fixons un budget mensuel de 1.000 euros par mois que nous respectons aisément quand nous sommes à deux. Nous nous aidons de l’application «Tricount» pour gérer notre budget et ne pas dépenser exagérément.

La vie sur un voilier est-elle confortable ?

Oui, sur un voilier, l’état d’esprit change aussi. On accepte facilement ces manques et ces difficultés qui font partie de l’aventure, telles que, les douches moins fréquentes, l’espace réduit, les nuits plus courtes, les quarts de nuits, le mouvement constant du bateau, les avaries. Ces moments deviennent un pur bonheur quand ça s’arrête. Par exemple, c’est jour de fête quand c’est l’heure de la douche, dans notre petit nid on s’y retrouve, c’est le bonheur quand on peut dormir une nuit sur nos deux oreilles, les quarts de nuits deviennent un jeu, on est content quand le bateau s’arrête enfin, et on est fier quand on répare ou on évite les avaries.
Autrement, le bateau est tout aussi bien équipé qu’une petite maison. Deux cabines, une grande cuisine équipée avec beaucoup de rangements, un frigo, un congélateur, un four, des taques, un salon, une bibliothèque, une belle visibilité et toujours une belle vue.

Pourriez-vous imaginer votre choix de vie avec des enfants à bord ?

Livre conseillé pour tracer son parcours en mer

routes de grande croisière

C’est tout à fait possible d’avoir des enfants à bord.
Erwin à un enfant de 11 ans, Simon, qui nous accompagne durant ses vacances depuis le début. Il adore voyager avec nous. Il apprend et prend plaisir à naviguer et manier le bateau. Un vrai petit moussaillon. Lorsque la mer est agitée, on est strict avec la sécurité – Gilet et on ne sort pas du carré. Simon l’a très bien intégré et on ne doit jamais le lui dire deux fois. Il le sent aussi et est bien conscient de la force de la mer.
Le deuxième fils d’Erwin, Axel qui a 6 ans, nous rejoint quand nous restons au port. Mais c’est surtout une volonté de sa maman. Si cela ne tenait qu’à nous, il viendrait plus souvent à bord.

Avez-vous eu peur parfois ? La nuit en pleine mer ou lors d’orages ?

Oui, surtout à nos débuts. Nous sommes partis en Février, sans grande expérience, et dans des conditions hivernales. Nous avons connu des mers agitées, jusqu’à 40 nœuds de vent, des houles hachées de plusieurs mètres et des mers de couleur noire assez terrifiante.
Ensuite, conscients de la mauvaise météo et des orages qui nous attendaient, nous sommes tout de même partis en mars, pour la traversée de Malte en Grèce avec deux équipiers qui avaient leurs avions à prendre. Nous avons donc connu trois longs jours sous la pluie et les orages grondants et claquants dans tous les sens. Ce fût très impressionnant. Sinon, nous prenons régulièrement les météos pour ne pas avoir de surprise. Et de nos jours, nous sommes bien équipés en instruments électroniques.

crépuscule en corse

Combien de jours peuvent-ils s’écouler sans que vous ne voyiez personne ?

En méditerranée, les traversées sont principalement courtes, de trois à cinq jours. En Atlantique, les distances sont déjà plus grandes. Notre plus long trajet, qui était de Gibraltar à Ténériffe, a duré six jours. Et la transatlantique devra nous prendre entre 20 à 25 jours. Après, nous naviguerons dans les Antilles, d’ile en ile.

Qu’est-ce qui vous manque du confort classique d’un logement en dur ?

Pour moi (Larissa), le plus difficile et fatiguant sur le voilier, est le ballottement incessant. Ça bouge sans cesse, on est vite malade à l’intérieur et je ne sais pas profiter du carré ni cuisiner aisément quand j’en ai envie. C’est aussi la raison pour laquelle nous sommes ravis d’arriver à terre. Pour Erwin, ce qui lui manque le plus, est une connexion internet dans le bateau à tout moment. Sinon nous ne manquons de rien.

Quelles sont les plus belles choses survenues avec ce changement de vie ?

– La découverte des pays, des différentes cultures
– Se rendre compte que l’on est très heureux en vivant plus simplement
– Se réveiller dans des mouillages calmes et paradisiaques
– Vivre au jour le jour, en fonction de nos envies
– Manger nos poissons fièrement pêchés
– Se surpasser

au sénégal

Votre regard sur la vie, sur le monde, a-t-il changé depuis ?

Oh oui ! Nous nous disons tous les jours que nous avons bien fait de franchir le cap. Nous sommes jeunes et c’est maintenant que nous devons profiter de la vie.
Dorénavant, nous vivrons plus simplement et plus en rapport avec la nature. Nous sommes moins dans l’abondance qu’auparavant.

Si vous deviez, chacun, décrire en un seul mot ce que vous a apporté ce mode de vie,
quel serait-il ?

– Découverte
– Simplicité
– Dépassement
– Aventure

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui voudraient changer de vie en général ?

Nous ne vivons qu’une seule fois. Il faut en profiter. Le changement fait peur, certains nous considèrent comme inconscients et déraisonnables, c’est aussi toute une gestion et une organisation qui prend du temps, il faut du courage mais ça change la vie.
Notre conseil sera de lister toutes les étapes, de se donner des dates fixes et des deadlines à respecter. Au cours de cette organisation, il y aura des mauvaises surprises mais il ne faut pas abandonner. Il y a des solutions à tout.

voilier jaune

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui voudraient faire comme vous et vivre sur un voilier ?

On ne peut que conseiller d’oser et de se lancer.
Le choix du voilier est très important. Nous avons personnellement acquis un sloop d’occasion en mauvais état, mais nous y avons vu le potentiel de ce bateau et ce fût un réel coup de coeur.
Nous l’avons entièrement rénové selon nos goûts et nos besoins et il est devenu notre voilier jaune « Larwin ». Les étapes sont parfois difficiles, mais il ne faut pas perdre le courage. Il faut aussi se fixer des dates et les respecter pour avancer au mieux.

Un dernier mot ?

Nous espérons avoir donné l’envie de franchir le pas et l’envie de nous suivre sur notre blog.

escale à rio

Merci à Larissa et Erwin pour leurs conseils et retours d’expérience sur leur changement de vie et le témoignage de leur superbe aventure.

Si, vous aussi, vous avez changé de vie et désirez partager votre expérience et vos conseils avec nos lecteurs, n’hésitez pas à nous contacter.

Au sujet de l'auteur

Patrice

Le Père dans la Famille Nomade Digitale. Auteur du roman jeunesse Onimundo et de nombreuses poésies. Fan de création sous toutes ses formes : Ecriture, infographie, dessin, programmation, conception.

1 Commentaire

  1. Whoua! Je trouve ça admirable, surtout quand on se lance sans vraiment d’expérience. La mer peut être super impressionnante, j’en suis certaine, même si je n’ai jamais navigué comme ça 🙂

    Réponse

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Etre plutôt qu’Avoir

... voici notre credo.

Depuis 2013, nous avons changé de vie : voyage et travail à distance sont notre quotidien, en famille.

Pour découvrir qui nous sommes, ce que nous faisons, où et pourquoi, n'hésitez pas à lire notre présentation de la Famille Nomade Digitale

Rejoignez-Nous sur Facebook

  • Vidéos récentes

    Loading...

    Restons en contact !

    Entrez votre adresse email et cliquez sur "Je veux suivre vos aventures et conseils" pour être dans nos contacts et ne rien louper de notre vie nomade !
    JE VEUX SUIVRE VOS AVENTURES ET CONSEILS
    Famille nomade digitale
    close-link

    Restons connectés !

    Entrez votre adresse email et cliquez sur "M'inscrire" pour être dans nos contacts et ne rien louper de notre vie nomade !
    M'inscrire
    close-link