Tu veux tout savoir sur le métier d’assistant virtuel ? Quel est le profil idéal de l’assistante web ? Son parcours professionnel ? Ses futures missions ? Et jusqu’à la formation assistante virtuelle à suivre pour avoir toutes les cartes en main pour réussir son changement de profession ? Suis le guide !

C’est quoi une assistante virtuelle ?

Apparu il y a très peu de temps en France, ce métier du web est pourtant très développé dans les pays anglophones.
Je me souviens avoir découvert le terme “assistant virtuel” pour la première fois en lisant le livre de Tim Ferriss « La semaine de 4 heures » paru en 2007.

L’auteur y met en avant les avantages de faire appel à un assistant virtuel quand on est entrepreneur web. Principalement lorsque ça devient difficile, en étant seul, de tout prendre en charge.

Une étude d’Opinionway pour MMA, réalisée en 2021, dévoile que 56 % des entrepreneurs interrogés se sentent débordés et stressés.

Pour le dirigeant qui souhaite digitaliser son activité, il est donc urgent de lâcher du lest et de déléguer les tâches qu’il ne veut pas, ne peut plus ou ne sait pas faire.

En faisant ce choix de collaborer avec un(e) assistant(e) digital(e) l’entrepreneur se libère du temps afin de se concentrer sur son cœur de métier. Cette décision lui donne aussi l’opportunité de diversifier sa présence en ligne, d’améliorer ses offres et ses services et d’augmenter son chiffre d’affaires.

Bref, de développer sa compagnie dans de bonnes conditions. Chose qu’il n’aurait pas pu faire en restant tout seul.

Quel est le rôle de l’assistante virtuelle freelance ?

Déjà, je prends le parti de mettre le terme au féminin, car près de 90 % de cette activité est réalisée par des femmes.

Donc, l’assistante virtuelle collabore et assiste d’autres entrepreneurs dans certaines tâches chronophages de leur activité. Elle se différencie de la secrétaire indépendante en proposant des services qui sont principalement axés sur le digital. Elle quitte son costume de secrétaire classique pour endosser celui de collaboratrice 2.0, voire parfois de bras droit.

Les principales missions d’une assistante virtuelle

L’assistante web peut effectuer un grand nombre de missions très variées. C’est pour cela que l’on peut parfois avoir du mal à comprendre quel est le travail exact d’une assistante virtuelle.

Pour s’y retrouver plus facilement,  il existe un socle de compétences qu’il faut maitriser afin de répondre aux principaux besoins de ses futurs clients. Bien sûr, toutes les compétences peuvent s’apprendre dès le moment que l’on possède l’envie et la motivation pour le faire. Et cela quel que soit son âge !

Voici une liste non exhaustive des missions d’une assistante virtuelle :

  • La bureautique (avec ses principaux outils comme Excel, Word, PowerPoint.) ;
  • Les réseaux sociaux ;
  • La gestion d’une chaine YouTube et le montage vidéo ;
  • Les bases du graphisme (pour créer des infographies, des visuels, des mises en page) ;
  • La gestion d’un blog ;
  • L’optimisation d’une fiche d’établissement Google ;
  • Etc.

Le profil de l’assistante virtuelle

Dans un premier temps, le profil professionnel qui va s’orienter vers l’assistance virtuelle est souvent celui d’une secrétaire. Ce qui est compréhensible, car la secrétaire – ou assistante de direction – possède déjà la plupart des prérequis de ce job. Tels que l’organisation, la polyvalence, la formation aux outils bureautiques, etc.

Mais, peu à peu, le profil de l’assistante virtuelle s’élargit. Et l’on observe que de plus en plus de personnes venant de milieux différents se reconvertissent en tant que collaboratrice virtuelle.

Les professions de la santé et de l’enseignement en sont des exemples. Le métier d’adjointe digitale (autre nom de l’AV, ou VA en anglais pour Virtual Assistant) ne nécessitant aucun diplôme particulier, il est ouvert à toutes les personnes qui souhaitent travailler sur Internet. Et qui – surtout – sont à l’aise avec un ordinateur !

Bien évidemment, certains profils pourront mettre en avant un niveau d’expertise supplémentaire grâce à leur parcours universitaire ou professionnel. Mais cela n’est pas une obligation. 

Quel parcours scolaire et professionnel pour une assistante virtuelle ?

Il n’existe pas de diplôme à proprement parler pour valider le métier d’assistante virtuelle. C’est pour cette raison qu’il reste à la portée de PRESQUE n’importe quelle personne qui souhaite avoir une activité à domicile.

Mais il y a, bien sûr, certains prérequis incontournables comme je l’explique dans le paragraphe concernant les missions d’une assistante web.

Je préfère que cela soit clair  :

  • Si tu n’es pas à l’aise avec un ordinateur,
  • que tu détestes les réseaux sociaux,
  • que tu n’es pas prête à apprendre l’usage de nouveaux outils
  • et que tu n’aimes pas travailler seule…

Alors, ce n’est pas fait pour toi !

Il est possible de partir de zéro et de se reconvertir dans ce type de métier du web. Mais, il faut vraiment que tu comprennes que, si tu n’es pas prête à faire certains efforts, tu n’y arriveras pas. 

En ce qui concerne le parcours scolaire : si tu as un Bac Pro en gestion-administration ou un BTS d’assistant manager, tu peux facilement te réorienter vers l’assistance digitale. Car tu sais comment seconder un chef d’entreprise ou un chef de service dans la gestion et les tâches administratives. Ce sont des bases qui te seront utiles dans ta future activité. 

Ou alors, tu as certaines compétences en marketing que tu as acquises au fil de tes différents postes en entreprise ?

Bref, ton historique scolaire ou professionnel te permet d’avoir des bases qui peuvent t’aider lors de ta reconversion en tant qu’assistante indépendante. Mais ils ne sont pas essentiels : après tout, les outils digitaux évoluent chaque jour ! La capacité de s’adapter, d’évoluer, et le désir d’apprendre sont les principales qualités pour réussir dans ce métier.

Pourquoi se reconvertir en tant qu’assistante freelance ?

Avec tout ce qui s’est passé ces dernières années, beaucoup de personnes ressentent le besoin de donner du sens à leur travail et à leur vie. On peut éprouver un gros ras-le-bol de son quotidien et avoir vraiment envie de tout plaquer pour repartir sur de meilleures bases. D’autant plus quand on dépasse les 40 ans ! C’est certainement pour cela que la moyenne d’âge des assistantes virtuelles est entre 40 et 50 ans.

Je peux tout à fait le comprendre pour avoir moi-même vécu ce besoin radical de changement !

En créant sa propre entreprise, on reprend les commandes et on se construit son avenir, en ne comptant que sur soi et non sur le bon-vouloir de quiconque. 💪

Les 5 qualités indispensables pour devenir assistante virtuelle

  • Écrire dans un Français correct  : C’est une des qualités que doit posséder une assistante virtuelle. Si tu as quelques petites lacunes et que tu n’es pas sûre de ton orthographe ou de ta grammaire, il existe des outils pour remédier à cela, mais il faut prendre soin de ce point.
  • Être disciplinée et organisée : Là, il s’agit d’une règle d’or qui est valable pour toute personne qui décide de travailler à son compte. Sans cela, tu seras vite débordée par tes tâches et, surtout, tu risques de procrastiner.
  • Être débrouillarde et curieuseC’est indéniablement des qualités qu’une assistante web se doit d’avoir. Parfois, il te faudra utiliser des outils que tu ne connais pas. Tu devras apprendre à t’en servir en totale autonomie.
  • Savoir bien utiliser son ordinateur et Internetle Web est au cœur de ton métier. Savoir bien utiliser un moteur de recherche est indispensable. Des recherches à faire pour la création d’un contenu pour ton client ? Un tuto à suivre pour utiliser un nouvel outil ? Tu dois être capable de surfer facilement et rapidement sur le web.
  • Être polyvalente : Il y a plusieurs compétences qu’une assistante digitale doit posséder. Cela signifie jongler entre différentes missions dans une même journée. Adieu ennui et routine !

reconversion-assistante-virtuelle

Pourquoi devenir assistante virtuelle ?

Les avantages

En bref, les principales forces de cette activité :

  • Travailler de la maison – ou en voyage – et ainsi pouvoir profiter pleinement de ta vie personnelle et familiale.
  • Avoir des horaires flexibles.
  • Choisir le type de client avec lequel tu veux collaborer.
  • Organiser ton temps de travail comme tu le souhaites.
  • Utiliser ton énergie pour améliorer ton quotidien et celui de tes proches.
  • T’épanouir dans une activité qui libère ton potentiel et  ta valeur.
  • Te sentir utile.
  • L’absence de routine : tu jongles entre plusieurs types différents de missions.
  • Être ton propre patron !

Mais il y a deux autres points positifs que j’aimerais souligner.

Assistante virtuelle et nomade digitale

Un autre aspect positif de ce métier est celui de pouvoir être libre géographiquement. Tu peux prendre ton ordinateur sous le bras et partir t’installer où tu le souhaites. Seul impératif :  une bonne connexion Internet.

Que ce soit pour quelques jours, quelques semaines ou plus longtemps, tu es libre de voyager tout en exerçant ton activité.

Tu peux emporter ton travail avec toi et passer un peu de temps chez des parents ou des amis. Et cela quels que soient la région ou le pays où ils vivent. Tu n’es pas coincé entre les 4 murs d’un bureau. Tu peux te déplacer où bon te semble, dans ton propre pays ou à l’étranger.

C’est ce que nous faisons à plein temps depuis 10 ans et nous avons toujours pu exercer nos activités à distance de n’importe où dans le monde.

Au début de notre vie nomade digitale en 2013, je gérais le service client par mail et les relations presse, je préparai les étiquettes d’envoi de colis, je m’occupais de ce blog et de nos réseaux sociaux, etc… Tout en m’occupant de l’instruction de notre fils et de la logistique de nos déplacements à travers l’ Europe.

En ayant une bonne organisation, travailler tout en voyageant est une chose possible pour une assistante virtuelle.

Le travail en asynchrone

Il y a un point important dont on n’est pas forcément conscient lorsque l’on n’est pas familier avec l’entrepreneuriat web.  Certains types de clients sont eux-mêmes des digitals nomads. Ils vivent et travaillent depuis Dubaï ou Bangkok et ils acceptent la notion de travail en asynchrone.

C’est-à-dire que ni eux ni leur assistante exécutive ne sont obligatoirement sur le même fuseau horaire. Ils ne travaillent pas en simultané, n’ont pas besoin d’avoir des horaires et des rythmes en communs.

Pour rendre cela possible, l’utilisation d’outils collaboratifs appropriés, tels que Trello ou Slack, sont à ta portée.

Ce qui importe pour le client ? Que les tâches attendues soient faites ! Que l’assistante virtuelle suive un planning défini à l’avance sans jamais être en retard sur les délais.

Avec une bonne coordination, l’utilisation des nouvelles technologies et des clients sur la même longueur d’onde, il n’est plus nécessaire de travailler sur site dans le même local que son client. Il n’est pas non plus utile de se retrouver à une heure précise, chaque lundi, devant son écran. Les échanges en direct sont alors limités et tu te sens libre et autonome, sans contrainte autre que de rendre le travail voulu ! 

Tout peut ainsi se faire à distance avec des clients qui vivent et travaillent au bout du monde.

Les inconvénients

il y a quelques inconvénients à être à son compte, mais je te rassure, il existe aussi des solutions pour y remédier.

  • Travailler seule

La solitude du travailleur indépendant est un aspect de ce statut que certaines personnes pointent du doigt. Travailler seule chez soi, sans avoir d’interaction sociale dans la journée, avoir le nez collé à son ordinateur pendant plusieurs heures, tout ça  peut devenir pesant.

Mais il faut faire la différence entre se sentir seule et être isolée.

C’est ce sentiment d’isolement que tu peux vouloir dépasser si tu ressens vraiment de l’inconfort à ce niveau-là. Que faire ? Tu peux t’inscrire à des événements locaux pour les entrepreneurs. Rejoindre une communauté digitale ou bien physique pour participer à des sorties ou des repas.

Ainsi, tu entreras en contact avec des personnes avec qui tu pourras échanger et, de cette façon, te créer un réseau professionnel, mais aussi amical.

Et puis, rien ne t’empêche de travailler depuis un café ou dans un coworking de temps en temps afin de casser un peu ta “solitude” et changer de décor.

Et pourquoi pas t’inscrire à des activités extra-professionnelles : sport, musique, arts créatifs, etc. ?

  • Gérer ta comptabilité

En tant que travailleuse indépendante, tu es tenue à une comptabilité simplifiée. Il s’agira d’éditer des devis, des factures, de conserver les factures de tes achats professionnels, de payer tes charges, de suivre tes recettes et des dépenses.

Le point positif : tu peux gérer tout ça sans aide extérieure en utilisant des logiciels adéquats. Tant que tu es en microentreprise, c’est VRAIMENT simple.

  • L’instabilité financière du freelance

Au démarrage de ton travail, tu ne pourras t’octroyer qu’un maigre salaire. Il ne faut pas se leurrer : il y aura peut-être des périodes plus creuses que d’autres, surtout tant que tu n’as pas des clients réguliers et fidèles.

C’est une donnée qui peut apporter de l’anxiété quand on a été salariée toute sa vie.

Le point positif : c’est toi qui décides de ton nombre d’heures de travail et de tes tarifs. Et cela va dans l’autre sens aussi : au fur et à mesure que ton autorité grandit, tes revenus le feront aussi ! C’est ainsi qu’il est loin d’être impossible, avec l’expérience, de gagner autant qu’un cadre en bossant moins d’heures !

  • L’absence de congés payés

Étant donné que tu n’es plus salariée, et en tant que prestataire de services, tu n’as pas de revenus qui tombent lorsque tu es en vacances.

C’est pour cette raison que beaucoup de freelances limitent la prise de jours de congés au démarrage de leur business.

La solution ? Inclure dans le prévisionnel de ton chiffre d’affaires annuel combien de jours de congé tu souhaites prendre. Et faire en sorte d’atteindre ce montant pour te payer tes futures vacances et te créer une petite trésorerie de secours.

Comment trouver ses premiers clients ?

Voici le point noir de toute assistante online débutante : comment trouver ses clients ?  

Quel que soit le métier du web, la prospection de client est généralement incontournable. Et quand on est un peu introvertie ou que l’on ne sait pas du tout comment s’y prendre, cette partie-là peut vite tourner au cauchemar, surtout si l’on n’est pas bien guidée. Il suffit d’aller faire un tour sur les groupes Facebook réservés aux assistantes indépendantes pour voir que c’est un réel problème.

Beaucoup de ces assistantes virtuelles se sont lancées à l’aveugle, :

  • sans l’appui d’une formation assistante virtuelle qui traite bien cette partie ;
  • sans avoir canalisé le développement de ses compétences web en prenant en compte le besoin des clients qu’elle veut cibler ;
  • en n’ayant pas de stratégie pour lancer et faire fructifier son activité ;
  • et, surtout, sans identifier son client type et comment le démarcher.

D’où cette impression d’être totalement perdue et de ne pas savoir comment orienter sa prospection de client. Alors, comment faire ?  

Tout d’abord, bien identifier avec quel client tu souhaites travailler.  Quels sont ses besoins en termes de délégation ? Sur quels réseaux est-il présent ?

Puis mettre en place une communication et une offre de service pour l’atteindre efficacement. En ayant une image de marque claire et une communication professionnelle, tu attireras les clients qui te correspondent. Tu viseras juste !

Si, au contraire, tout est flou, que ce que tu proposes est trop généraliste, passe-partout, tu auras du mal à toucher ta cible. Tu perdras beaucoup de temps et d’énergie à prospecter parce que tu ne frappes pas à « la bonne porte ». Et ta crédibilité en prendra un sale coup.

Les 5 clés du mindset de l’assistante digitale freelance

À présent, je voudrais aborder un point important : le mindset, l’état d’esprit de l’entrepreneur. 

Bien souvent, les assistantes virtuelles ont du mal à quitter leur costume de salariée (ce qui est tout à fait compréhensible) afin d’endosser celui d’une cheffe d’entreprise.

Elles ne se comportent pas comme la boss de leur propre entreprise. Beaucoup d’entre elles vont conserver une posture d’employée vis-à-vis de leur client. Elles auront du mal à refuser une demande de dernière minute, une négociation de tarif, une surcharge de travail non prévu… parce que leur mental ne suit pas.

Avoir le mental d’une entrepreneuse, cela se travaille, cela se construit. Comment ?
En ayant :

  • un objectif chiffré de ce que l’on attend de son métier ;
  • confiance en son projet et en son potentiel ;
  • soif d’apprendre ;
  • de la ténacité et une persévérance à toute épreuve ;
  • une vision à long terme de son business.

Et c’est en acquérant ce mental de chef d’entreprise que ta posture face à ton client va se transformer. N’oublie pas : ton client n’est pas ton patron ! Tu es son égale et tes relations sont d’entrepreneur à entrepreneur. 

Il en est de même pour ta vision d’entrepreneure. Si tu ne fais qu’attendre les clients, ton business ne montera pas bien haut, ou même ne fera pas long feu. Ne te contente pas d’un seul client ni “d’attendre le badaud”. Tu devras avoir une stratégie : le terme marketing n’est pas un gros mot ! En “switchant” ta mentalité, tu pourras prendre un grand plaisir à développer ta communication, ton image de marque, ton organisation, ta clientèle.

Crois en toi et en ton projet et laisse l’envie ardente de réussir te motiver : tout le reste s’apprend. 🔥

Faut-il suivre une formation assistante virtuelle ?

Depuis peu, l’offre de formation pour devenir assistante virtuelle s’est étoffée.

Nous proposons notre formation Amazone Virtuelle depuis l’été 2021. Très régulièrement mise à jour, elle s’est étoffée et bonifiée avec le temps. Je t’invite à la découvrir par le lien suivant : Formation Assistante Virtuelle.

Suivre une formation assistante virtuelle n’est pas une obligation. Tu peux aussi te former en autodidacte. Le web regorge de contenus gratuits pour apprendre de nouvelles compétences et pour te lancer en tant qu’entrepreneur web.

Mais quand on souhaite se former seule, on peut beaucoup tâtonner, douter et faire quelques erreurs de parcours. il faut, plus encore, faire preuve de rigueur : regrouper et contrôler les informations collectées de-ci de-là pour, ensuite, les mettre en pratique.

 Mais il te manquera l’essentiel et qui fait toute la différence :

  • L’expérience personnelle et professionnelle qu’un entrepreneur ou une entrepreneuse web va te partager.
  • Une feuille de route qui t’explique de A à Z comment lancer ton activité d’assistante virtuelle.
  • Un plan à suivre pas à pas pour toutes les étapes de la création de ta nouvelle activité et de ton entreprise : cela te fait gagner un temps fou !

Sans oublier qu’en investissant dans une formation de qualité, avec une communauté. (Une option d’accompagnement avec coaching mensuel pendant 6 mois t’est même proposée.)

Comment lancer son activité d’assistant virtuel freelance

Je t’ai expliqué, tout au long des précédents chapitres, en quoi consiste le métier d’assistante virtuelle web, ses avantages et inconvénients, mais aussi comment le devenir.

À présent, je vais aborder l’aspect le moins “glamour” : l’administratif.

  • Déclarer son activité d’assistante virtuelle

Si tu vis en France, la première étape sera d’ouvrir une microentreprise.

C’est le statut administratif à privilégier lorsque l’on souhaite développer son activité d’assistance web. Et cela, que ce soit à temps plein ou en parallèle d’un travail régulier (lorsque cela est possible dans ton contrat ou autorisé par ton employeur).

Pour effectuer cette formalité, tu devras te rendre sur le site de l’Urssaf. C’est là que tu crées et modifie ton entreprise. Il t’est demandé d’avoir un compte bancaire dédié à ton activité. Ce n’est pas obligatoirement un compte business (aux coûts bancaires plus élevés dans les banques classiques) : il suffit d’avoir un compte sur lequel tous les mouvements sont liés à l’activité.

Je te conseillerais d’opter pour une néo-banque en ligne, bien plus souple et moins chère.

Quel est le coût de la création d’une micro-entreprise ?

C’est totalement gratuit.👌

Quelles sont les charges sociales ?

En tant qu’assistante virtuelle, ton secteur d’activité est la prestation de services (profession libérale). Chaque mois ou chaque trimestre, le montant de tes cotisations et contributions sociales s’élèveront à 22 % de ton chiffre d’affaires.

Si tu ne fais  pas d’argent, tu ne payes pas de charge.

Ces cotisations sociales concernent :

  • La cotisation d’assurance maladie-maternité ;
  • La cotisation d’allocations familiales ;
  • La cotisation invalidité-décès ;
  • Les cotisations de retraite de base et de retraite complémentaire ;
  • La CSG et la CRDS.

Si tu as droit à des allocations chômage, renseigne-toi à ton bureau Pôle Emploi : tu devrais continuer à les recevoir si tu suis bien la procédure. Ton CA sera simplement déduit de celles-ci. Renseigne-toi aussi sur les aides et exonérations auxquelles tu as droit, comme l’ACRE, par exemple.

Quelles sont les taxes à régler  ?

En tant que micro-entrepreneur, il faut faire une déclaration complémentaire d’impôt sur le revenu avec le formulaire N°2042-C-Pro, en y indiquant ton chiffre d’affaires annuel.

Pour le calcul de ton impôt, cette somme sera déduite automatiquement de 34% (activité libérale).

Au-dessus de 5000 € de chiffres d’affaires, u es redevable de la Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) même si le siège social de ton entreprise se trouve à ton domicile. Tu peux retrouver toutes les infos et les montants ici.

Quelles sont les limites de chiffre d’affaires imposées pour la microentreprise ?

En 2023 (et jusqu’en 2025), pour conserver ce statut de microentrepreneur, le plafond de chiffre d’affaires annuel est de 77 700 € . Si celui-ci est dépassé, il faudra alors quitter le statut de micro entrepreneur. (source)

La facturation de la TVA devient obligatoire dès que le plafond de 36 800 € est dépassé (avec un seuil de tolérance à 39 100 €).

Je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet car tu trouveras toutes les infos dans les les textes officiels disponibles ici : Service-Public.fr.

Quel est le salaire d’une assistante virtuelle ?

S’agissant d’une activité indépendante et non pas salariée, on ne parle pas de salaire, mais de chiffre d’affaires.

Selon le chiffre d’affaires mensuel obtenu et en ayant retiré les charges inhérentes à cette activité (Urssaf, impôts, achats professionnels, petite trésorerie de sécurité…), ce qui reste est la rémunération de l’assistante virtuelle.

Lors de la mise en place de ton entreprise individuelle, il est important de réfléchir à :

  • combien de temps tu souhaites consacrer à ton activité
  • et quel objectif financier annuel tu vises.

Cela permet de calculer le revenu mensuel suffisant a atteindre pour vivre de ton activité d’assistante indépendante.

Il y a plusieurs manières de proposer ses offres d’assistante virtuelle.

Il est possible de tarifer à l’heure, au forfait horaire ou en proposant un pack de missions.

Pour avoir une idée de combien peut gagner une assistante virtuelle, il faut connaitre le tarif de base.

En règle générale, en France, pour une débutante, il est compris entre 20 et 30 € de l’heure.

Ce tarif évolue ensuite vers 25 à 35 € de l’heure. Il peut grimper bien plus haut en fonction de ton expérience et des retours clients positifs reçus : c’est la loi de l’offre et de la demande ! Certaines assistantes virtuelles expérimentées facturent une heure à 50, 70 voire 100 €.

Cela t’étonne ? En fait elle peut avoir des tarifs élevés, dés lors que la valeur et le chiffre d’affaires qu’elle apporte à son client les valent.

Les packs de missions sont aussi une solution pour s’assurer d’un revenu fixe chaque mois. En ayant  2 ou 3 clients par mois, tu peux avoir un revenu satisfaisant sans nécessairement travailler 35 h par semaine.

Tout cela est très modulable et dépend de différents paramètres qui sont propres à chacune.Comment évoluer dans sa carrière d’assistante digitale ?

Il y a un énorme bénéfice à travailler sur le web : les compétences acquises te permettent d’évoluer. Rien ne t’oblige à rester assistante virtuelle toute ta vie. Toi seule décide de la suite à donner à ta carrière.

Le métier d’assistance virtuelle t’ouvre la porte vers d’autres métiers plus spécialisés.

Devenir Online Business Manager (Gestionnaire d’entreprise web)

Quelle est la différence entre une assistante virtuelle et une OBM (Online Business Manager) ?

Là où une assistante virtuelle exécute des tâches indiquées par son client, l’OBM est entièrement responsable de la gestion d’un projet.

C’est elle (ou lui) qui gère une équipe composée d’assistante virtuelle, de rédacteur web, de community manager, de concepteur de site, etc.  L’OBM manage et suit l’avancement du travail d’équipe en tant que chef de projet.

L’un de ses rôles, dans l’entreprise de son client, peut être le recrutement de nouveaux collaborateurs ou de faire des propositions pour améliorer certaines procédures. L’OBM collabore étroitement avec son client sur la stratégie à mettre en place, par exemple, lors du lancement d’un nouveau produit.

La responsabilité de l’OBM dans l’entreprise de son client est importante : sa rémunération l’est tout autant !

Mais, l’OBM ayant beaucoup de responsabilité dans sa mission de bras droit, elle peut se limiter à 2 ou 3 clients afin de rester bien concentrée sur leurs besoins respectifs.

Et puis, pourquoi ne pas proposer, par la suite, du conseil aux entreprises ?

Ce qui est sûr, c’est que le métier d’O.B.M est la continuité logique de celui d’assistante virtuelle.

Mais il n’est pas le seul !

Devenir spécialiste dans une compétence

Tu peux te spécialiser dans un domaine en particulier : la gestion de compte Pinterest, la publicité Facebook, la créations de tunnels de vente, la rédaction web ou même, pourquoi pas, les relations presse !

Tu l’auras compris : si tu choisis de devenir assistante virtuelle, ton avenir professionnel ne restera pas figé. Tu pourras évoluer si c’est ce que tu souhaites.

Est-ce que le métier d’assistante virtuelle est fait pour moi ?

Nous arrivons à la fin de ce long article. Si tu m’as lue jusqu’au bout, ce dont je te remercie, c’est que l’activité d’assistante virtuelle t’intéresse réellement.

Pour devenir assistant virtuel, il faudra bien souvent te former. Que ce soit en suivant une formation assistante virtuelle ou pour augmenter tes compétences (et ton expertise) dans certains domaines.

Comme je l’ai dit dés le début de cet article, il ne s’agit pas de se limiter à des tâches administratives, mais bien de soutenir un entrepreneur dans tout ce qui touche au web marketing.

  • Penses-tu avoir le profil et les compétences pour devenir assistante virtuelle ?
  • Te sens-tu prête à te lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ?
  • Afin de mettre toutes tes chances de ton côté, veux-tu être accompagnée pour devenir assistante digitale en 2023 ?

Si la réponse est oui, alors il ne te reste plus qu’à franchir le pas en cliquant sur l’image ci-dessous et à rejoindre notre programme Amazone Virtuelle !

Amazone Virtuelle FND

Si tu as des questions, n’hésite pas à m’écrire par ce formulaire de contact.

Tu peux aussi laisser un commentaire sous l’article, je suis toujours très heureuse de les lire et de pouvoir te répondre.