« J’ai raté ma vie. »
Peut-être as-tu déjà prononcé ou pensé ces cinq petits mots.
Je te rassure, tu n’es pas un cas isolé !
D’après une étude de l’Ipsos, réalisée en 2015, c’est le cas de près d’un français sur deux !  47 % pour être plus précis.
Pourquoi en vient-on à ce type de constat ?
L’échec et la réussite peuvent se vivre différemment selon les individus.
Un divorce ? La perte de son emploi ? Des relations familiales compliquées ?
Pour certains, la fin d’une histoire d’amour les fait sombrer dans la dépression. D’autres se sentent, finalement, libérés.
Un licenciement, ou la faillite de leur entreprise, mène des personnes à une véritable descente aux enfers.

D’autres repartent de zéro et découvrent l’épanouissement professionnel. (Comme ce fut notre cas.)
Idem lors de conflits familiaux : subir et se taire ? Ou bien tourner le dos aux personnes toxiques et se reconstruire loin d’elles ? (C’est encore du vécu.)

Comment reprendre sa vie en main ? Redonner du sens à son quotidien ? Voici 5 étapes clés pour y parvenir.

Prendre conscience des changements à opérer et agir

Dans chacune de ces circonstances, la douleur et l’échec sont bien présents. Mais la façon dont ils sont utilisés est différente. Les actions mises en place, également.
Si quelque chose ne te satisfait pas dans ton quotidien, c’est à toi seul de prendre les mesures pour
changer la situation.
Tu es l’unique responsable de ta vie et de ce que tu en fais.
Je sais : c’est plus facile à dire qu’à faire.
Et puis, les années passant, tu n’as pas forcement le courage de quitter ta zone de confort, de te lancer vers l’inconnu.
Même si ton quotidien ne te rend pas heureux ou heureuse, tu t’y raccroches. Simplement, parce que c’est ce que tu connais le mieux.
Alors que dois-tu faire ?
Te morfondre dans un coin et attendre l’âge de la retraite ?
Ou bien, te faire confiance et dépasser ces préjugés qui n’ont plus de raison d’être de nos jours.
Et si tu suivais tes envies ? Si tu avançais sur ce projet qui te tient à cœur ? Même si certains estiment que tu n’en as ni l’âge ni les compétences.
Le mieux dans tout ça ? Tu n’es pas obligé de « tout foutre en l’air » du jour au lendemain. Grâce à ton ordinateur, tu as des tas de possibilités de démarrer une nouvelle activité en plus de ton travail.

Des solutions supplémentaires grâce au numérique

Écrire un article de blog, comme je le fais en ce moment-même, le mettre en ligne… cela n’a rien de bien compliqué.
Gérer des médias sociaux, tourner et faire le montage d’une vidéo, créer une vignette YouTube avec Canva c’est simple.
Et pourtant…
Pendant plusieurs années, je me suis empêché de faire ce genre de choses.
J’imaginais que c’était trop complexe. Que je n’avais pas les compétences pour le faire.
Et puis, j’étais persuadée que je n’avais rien à dire d’intéressant.
Pourquoi ?
Parce que je suivais de nombreux blogs et des chaines YouTube tenues par des nanas de 25 ans !
Je me disais : « mais tu es trop vieille, Christine ! Et, de toute façon, toi, tu serais ridicule à leur place ! »
Que ce soit dans le blogging, dans le coaching, le marketing ou le freelancing, les gens ont bien souvent les mêmes freins :

  • « J’ai peur de ne pas être à la hauteur. »
  • « Je ne me sens pas légitime. »
  • « Je n’y connais rien en informatique. »
  • « Il y en a d’autres qui le font déjà… »
  • Etc.

Mais pose-toi juste un moment au lieu de te dénigrer, comme je le faisais moi-même. Observe ce que les autres font.
Ces hommes et ces femmes que tu suis avidement sur YouTube ou sur Instagram.
Ce blogueur libre grâce à son activité en ligne et qui parcourt les plus belles destinations.
Cette auteure qui, à tes yeux, a le plus talentueux des styles d’écriture.
Cet entrepreneur du web à qui tout semble réussir.
Ils se sont trouvés à la même place que toi.
Eux aussi, ils ont été des débutants. Ils ont sans doute galéré pour en arriver là où ils sont aujourd’hui.
Mais voilà. Un jour, ils ont simplement pris LA décision qui a tout changé pour eux.
Ils se sont lancés, parfois sans filet de sécurité, et ils ont osé suivre leurs rêves.
Ils se sont retroussés les manches et ils ont foncé. Droit devant eux, en restant focus sur leur objectif.

reprendre-sa-vie-en-main

Il n’y a pas d’âge limite pour être heureux

C’est vrai, certains d’entre eux n’ont peut-être pas attendu d’avoir 40 ou 50 ans pour se lancer. Mais est-ce une raison pour ne pas le faire ?
Si tu as dépassé les 45 ans, est-ce une raison sérieuse pour ne pas te former à un nouveau métier, une nouvelle compétence et devenir freelance ?
Est-ce que ton âge t’empêche réellement de devenir la blogueuse ou la youtubeuse que tu rêves d’être ?
Est-ce que ton âge t’empêche de devenir un entrepreneur libre ?
Si tu as environ 40 ans aujourd’hui, tu es à la moitié de ta vie. (D’après les moyennes de l’Insee.)
Tu as encore tant de choses à réaliser ! Imagine TOUT ce que tu peux encore accomplir.

J’ai passé le cap des 50 ans. Il fut, pour moi, bien plus dur à accepter que celui des 40. Mais je suis reconnaissante et fière de tout ce que j’ai vécu et réalisé ces dernières années.
Notre changement de vie personnelle et professionnelle m’a apporté tellement de bénéfices.
Quand je me retourne et que je regarde le chemin parcouru, j’ai un pincement au cœur.
Tu veux savoir pourquoi ?
Parce que je suis consciente que j’ai perdu beaucoup trop d’années à croire que j’étais bloquée dans un modèle.
Oui, je me posais des questions existentielles… Mais je ne cherchais pas réellement les réponses, je constatais le manque de sens dans ma vie, en omettant que j’étais la seule qui pouvait lui en donner !
Comme beaucoup, je ne voyais pas les échecs comme des étapes nécessaires, formatrices. Je n’en ressentais que l’amertume, sans en apprécier l’expérience.
Il m’a fallu du temps pour comprendre que la liberté et le bonheur ne me seraient pas offerts par le destin : seules nos décisions peuvent nous y mener concrètement.
Certes, ce temps « perdu » était nécessaire pour finir par avancer sereinement sur la route de mon épanouissement personnel et professionnel. Pour devenir une meilleure version de moi-même.

Oser confronter nos échecs et nos peurs

Dans tous les cas, c’est vraiment un point que tu dois comprendre : les échecs sont formateurs si tu sais en tirer les leçons.Tu apprendras beaucoup sur toi en échouant. Tu te découvriras une force et une détermination insoupçonnées.S’il s’était immobilisé par peur de l’échec, l’humain ne serait jamais sorti de sa caverne !
Sans tentative infructueuse, il est impossible de s’améliorer réellement.
Il en va de même pour tes craintes : confronte-toi à tes peurs et à tes pensées limitantes.

Il y a neuf ans, nous avons sauté le pas vers un mode d’existence qui nous était complètement inconnu.
Cela nous a totalement changés et ce sens que je cherchais à ma vie, je le trouve ici et maintenant.
Est-ce qu’il m’arrive toujours de douter de moi ? Bien sûr ! Très souvent même !
Est-ce que cela m’arrête ? Plus jamais. Je sais que le prix de l’inaction est bien plus élevé que les risques (réfléchis et mesurés) que l’on prend.

Reprendre sa vie en main : fonce !

Fonce !

Mon conseil est le suivant : fiche-toi du regard des autres et fais ce qui te plait !

  • Quel que soit ton projet, ton objectif : fonce. Mais pas n’importe comment  : sécurise-toi !
  •  Imagine le pire : est-ce vraiment si grave si tu échoues ? Oui ? Comment réduire ces risques ?
  • Quelles actions peux-tu réaliser pour en amoindrir l’impact ? Comment anticiper et te
    préparer au mieux ?
  • Comment te sentiras-tu dans dix ans si tu ne fais rien aujourd’hui ?
  • Le prix de l’inaction ne risque-t-il pas d’être bien plus élevé que les risques ?
  • De l’autre côté, comment te sentiras-tu si tu réussis ?
  • Comment peux-tu rapidement augmenter tes chances de réussite ?

C’est MAINTENANT que tu dois agir !
Décider de reprendre sa vie en main et ainsi réaliser ce qui te tient à cœur, qui te
passionne ou qui t’attire irrésistiblement. Pas dans 20 ans !
Tu as quelque chose à accomplir : à toi de découvrir de quoi il s’agit.
Trouve ce POURQUOI qui va tout changer.
Ne procrastine pas ta vie, OSE-la !

Votre temps est limité,
ne le gâchez pas en menant une existence qui n’est pas la vôtre.

Steve Jobs

Alors, quel sens veux-tu donner à ton existence ? Qu’est-ce qui te rendrait réellement heureux ou
heureuse ? Partage-le en commentaires, comme un engagement à agir pour l’obtenir.