Nous sommes en Andalousie depuis le 15 septembre et, en ce debut du mois d’octobre, il est enfin temps que j’écrive un billet sur une petite ville que nous affectionnons particulièrement et dans laquelle nous avons choisi de séjourner exceptionnellement pour 2 mois : Chipiona.

Si vous nous suivez depuis le début de notre changement de vievous vous souvenez que c’est au cours de notre précédent séjour en Espagne, en mars 2014, que nous sommes tombés sous le charme de ce petit bout d’Andalousie.

Nous y avons fait une belle rencontre, Beny, Antonio et sa fille Paula, une petite famille qui nous a accueilli avec tellement de chaleur que nos adieux ne furent en fait que des “au revoir”. Le contact fut conservé malgré la distance et pendant tous ces mois.

Et, cette année, notre road trip en Espagne nous a mené inévitablement à passer par Chipiona. Retrouvant nos “cousins” d’Espagne avec une grande émotion partagée. Nous avons posé nos valises dans ce coquet et familier petit appartement au milieu d’un patio typiquement Andalou.

Et, comme à l’accoutumée, installé nos ordinateurs pour nous créer notre espace de travail.

Je reviendrai dans un prochain billet sur cette petite installation pour laquelle nous avons dû faire preuve cette fois-ci d’une petite dose d’ingéniosité. J’en profiterai par  la même occasion pour revenir sur nos nombreux et variés bureaux de travailleurs nomades depuis notre départ le 31 juillet 2013.

L’installation faite, les retrouvailles entamées, nous avons retrouvé avec naturel la vie à Chipiona.

Nous sommes dans le centre ville, avec la principale rue commerçante à quelques mètres,  et pourtant sans aucun inconvénient. Toutes les fenêtres de l’appartement donnent sur le patio. La grande majorité des logements sont inoccupés en cette saison mis à part nos voisins de palier. Nous bénéficions d’un calme bien agréable. Presque comme si nous n’êtions jamais partis. Etrange comme sensation.

Je ne sais pas trop comment la définir mais, avec Patrice, ce qui nous vient automatiquement à l’esprit c’est ce sentiment d ‘être à la maison. Surprennant pour des nomades digitaux qui n’ont plus de maison, non ?

Le vendeur de Churros, le bar “Paquito” pour déguster un chocolat , la rotisserie où se prépare un délicieux poulet bien juteux que l’on accompage avec délice d’ arros de cébolla (oignons frits).

churros et chocolat au bar paquito

La balade le long de la plage de Cruz del Mar à 2 pas de l’appartement.

Coucher de soleil sur la plage de Cruz Del Mar à Chipiona

Plage de Cruz Del Mar-Chipiona

Faire ses  courses alimentaires au Mercadona, comme une famille typique que nous ne sommes pas.

Etre en Andalousie en octobre, c’est apprécier chaque instant de notre quotidien même le plus banal simplement parce que c’est nous qui avons fait ce choix de vie.

Mais cette fois-ci, comme prise par le temps, j’ai envie de profiter au maximum de la beauté environnante.

Je pars parfois seule, mon appareil photo à la main pour me perdre dans les rues de Chipiona.

Bodega-chipiona

A la recherche d’une placette que je ne connais pas encore, un nouveau petit resto à tester, une chapelle. …

placette en fleur-chipiona centre

Et puis l’imposante silhouette de son célèbre phare haut de 69 mètres et ses 322 marches qui en font le phare le plus haut d’Espagne.

Soleil couchant sur le Phare de Chipiona

Ne pas oublier la statue  de la chanteuse Rocio Jurado. Enfant de Chipiona, elle est décédée le 1er juin 2006 à l’age de 60 ans  à Madrid et fut inhumée dans sa ville natale.  C’est une véritable légende ici.

statue de la chanteuse Rocio Jurado-Chipiona

Ou le long de ses nombreuses plages, pour admirer le soleil couchant. Le ciel se pare chaque soir de teintes différentes que je ne me lasse pas d’admirer.

coucher de soleil-plage de regla-chipiona

Et puis, à la moindre occasion, profiter du beau soleil Andalou et de la proximité à pieds de certaines plages de Chipiona.

En logeant la plage de la ReglaChipiona

plage de regla en octobre-chipiona

Rêver de voyages lointains et vouloir en même temps que Chipiona soit notre port d’attache.

Et puis surtout, assister au mariage de Beny et Antonio le 3 octobre dernier fut l’occasion de resentir encore plus profondement l’amitié et ce lien quasi familial qui nous lit. Se retrouver au milieu de leur grande famille et de leurs amis, participer à l’émotion générale lors de la célébration de leur union, fait partie de cette magie qu’apporte les rencontres faites au cours du voyage.

Etre à Chipiona et s’y sentir à sa place. Tout simplement. Et pourtant le moment viendra où nous devrons reprendre la route. Réaliser ses voyages dont nous rêvons tant.

Car même si nous nous attachons à un  lieu et surtout à des personnes être une famille nomade digitale est notre choix de vie.

Avez-vous déjà ressenti un tel élan d’émotion et de bien-être pour un lieu, un pays lors d’un voyage ?