Voici donc le bilan 2019 de notre vie nomade en famille. Je pensais faire comme d’habitude et décrire nos différentes destinations mois par mois. Et, finalement, j’ai décidé d’y inclure ces 7 dernières années, du projet de changement de vie fin 2012 à aujourd’hui.

Bon, je vous rassure, je ne vais pas détailler, mois par mois, ces 7 dernières années !

Pas du tout, même, ce serait bien trop long. Si vous voulez connaître les destinations et les événements majeurs des années précédentes plus en détails, je vous invite à lire les articles suivants :

Comme vous pouvez le constater, je n’avais pas fait de bilan pour l’année 2018. Pourtant elle fut riche en émotions et en belles expériences au bout du monde.
Du coup,  je vous partage, un peu plus loin dans cet article, les destinations de cette année-là sous forme de récapitulatif en images et en quelques mots.

Ce bilan 2019 de notre vie nomade est surtout l’occasion parfaite pour revenir plus en profondeur sur notre changement de vie en famille et ses répercussions sur notre développement personnel, familial et professionnel.

Parce que, forcément, vivre de cette façon – en voyageant sur du très long terme – est source de changement et d’évolution. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’une aventure familiale.

À chaque fois que l’on nous interroge sur notre quotidien, le sujet de la scolarité, de la sociabilité de Logan revient au centre des questionnements.
C’est quelque chose que je peux comprendre. Mais il y a d’autres facteurs à prendre en considération quand on a une vie hors normes.

Il y a d’autres sujets à aborder et peut-être que ce long article en fera immerger de nouveaux.

Dans cet article récapitulatif, je souhaite vous montrer que vivre ainsi, peut être stimulant et enrichissant pour CHAQUE membre de la famille.

Aussi bien pour l’enfant que pour les parents. Que – certes – cette vie itinérante n’est pas faite pour tout le monde, mais qu’elle peut être incroyablement merveilleuse pour ceux qui, bien préparés, sont prêts à sauter le pas. Qu’il est possible d’adapter sa vie nomade en famille en fonction des envies et des besoins de chacun.

Au travers de ce partage, peut-être que cela va permettre à certains d’entre vous, d’envisager l’année 2020 avec de nouveaux objectifs et une perspective d’avenir plus lumineuse qu’elle ne l’est peut-être actuellement. En tout cas, c’est ce que j’espère.

Je veux aussi revenir sur ce qui a pu motiver ce choix de vie nomade…

C’est vrai, “quelle mouche nous a piqués” disent certains !

  • Qu’est-ce qui nous a poussés à embarquer notre fils, alors âgé de 13 ans, dans un style de vie nomade sur du long terme ?
  • Quelle est cette folie qui nous propulse vers cette nouvelle façon de vivre un peu “à part” ?
  • Que recherchions-nous ? La liberté ? Le bonheur ? L’épanouissement personnel et professionnel ?
  • Et, en fin de compte, qu’avons-nous trouvé au fil de ces 7 dernières années ?

Je préfère vous avertir : cet article va être long.

Alors faites-vous chauffer une bonne tasse de café ou de thé, et installez-vous confortablement dans votre fauteuil le plus moelleux.

Ça y est ? Vous êtes installé(e) ?

Alors, commençons par le début. En effet, vous n’êtes peut-être pas encore familier avec ce mode de vie de nomade digital. La transition vers notre nouveau style de vie va ainsi prendre plus de sens et de compréhension pour certains d’entre vous.

Car il s’agit bien d’un mode de vie (et non pas de vacances perpétuelles !).

Du rêve à la réalité : travailler en voyageant

Nous sommes en 2012, des blogs partageant sur ce style de vie, ont éclos de-ci, de-là. Ils propagent une nouvelle façon de voyager, tout en ayant une activité professionnelle un peu hors normes.

Je me souviens du blog « Les Carnets de Route d’Anais ». Il m’a fait découvrir la ville de Chiang Mai et sa douceur de vivre. Anais était, à l’époque, rédactrice web et voyageait avec son amoureux. Je me remémore aussi le blog Vie nomade de Corinne.

Ces jeunes femmes ont moins de 30 ans. Elles sont rédactrices web et partagent leur quotidien incroyable, de Thaïlande ou de Bali.

À ce moment-là, Instagram n’a pas encore fait intrusion dans notre quotidien. C’est au fil de leurs articles que ce style de vie s’infiltre en nous. En moi.

Ce cheminement vers cette vie légèrement “bohème” nous l’avons préparé, un peu à l’aveuglette, fin 2012. Nous avons suivi notre instinct. Par expérience, nous savions qu’il fallait toujours écouter cette petite voix en nous… Mais ne pas la suivre aveuglément !

Nous avons récolté des infos, lu des livres spécialisés. Nous avons cherché un maximum de ressources pour oser franchir le pas à notre tour.

C’est souvent ce que l’on fait lorsque l’on veut en savoir plus sur un mode de vie différent, on se renseigne auprès d’experts. Ou, en tout cas, auprès de personnes qui vivent réellement ainsi ou qui maîtrisent le sujet.

Oui mais voilà : tous ces témoignages que je lis viennent exclusivement de jeunes gens, seuls et rarement en couple. Aucun n’a d’enfant. Et ça, c’est un point qui change tout.

Heureusement, le blog d’Oliver Roland Des livres pour changer de vie a été aussi une véritable source d’inspirations pour moi. C’est en le parcourant que j’ai découvert Tim Feriss et son livre « La semaine de 4 heures ».

Est-il possible de vivre une vie faite de voyage permanent avec un enfant ?

C’est dans ce livre,  “La semaine de 4 heures” que je découvre un témoignage qui prouve que vivre ainsi est tout à fait possible, même avec un enfant ! Il s’agit de l’histoire d’une famille surnommée “Soul Travelers 3“.

Ce couple de quinquagénaires américains et leur fille – alors âgée de 6 ans – ont fait le choix de voyager à plein temps pendant plusieurs années.

En me tournant vers des blogs US, je découvre que ce mode de vie n’est pas si atypique qu’il y parait au premier abord.  Je crois qu’à ce moment-là, nos derniers doutes se sont volatilisés, laissant place à une certaine sérénité.

Si cette famille peut vivre ainsi avec une si jeune enfant, nous devrions le pouvoir aussi avec un ado de 13 ans !

Bingo !

C’est ainsi que débute notre changement de vie. Le début de la Famille Nomade Digitale, de ce blog, de notre vie nomade !

Notre décision est prise. En janvier 2013, nous l’annonçons à nos proches. Un nouveau souffle d’enthousiasme nous envahit. Celui qui manquait à nos vies d’entrepreneurs fatigués et désenchantés.

Prendre la route et vivre autrement

Le 31 juillet 2013, nous laissons derrière nous un quotidien qui ne nous convenait plus pour débuter une vie faite de bien plus de libertés.

Gérer notre entreprise à distance, en conservant un atelier tenu par un employé en France, n’a pas été des plus simples.

Cela impose quelques contraintes, dont celle de ne pas pouvoir trop nous éloigner. C’est ce qui explique pourquoi nous avons vécu les 4 premières années entre la France et l’Europe du sud.

Dans ce bilan, je veux aussi et surtout partager notre évolution au fil des années. 

C’est important de prendre conscience que tout ne se fait pas d’un claquement de doigts. Tout n’est pas forcément rose. Mais une vie “classique” l’est-elle ?

Oui, il peut nous arriver des tuiles. Oui, on peut faire faillite. On peut même tout perdre. Mais tout perdre peut aussi être comme se perdre. Quelquefois, cela permet de trouver une nouvelle route. Sa voie. Ainsi, on peut repartir de zéro et vivre encore bien mieux qu’avant. Changer d’activité professionnelle et s’épanouir (enfin pleinement !) dans ce que l’on fait à 48 ans.

Notre vie nomade en famille en 2018

2018, fut un pêle-mêle d’émotions. Des petits bonheurs qui en forment un grand. Ce fut l’année des dépassements de soi, et surtout de belles expériences.

Vie Nomade en Asie du Sud Est

Nous avons pu tester notre logistique pendant 8 mois, en vivant en Malaisie (Johor-Bahru, Kuala Lumpur, Penang), en Thaïlande (Chiang Mai et Phuket), à Singapour. Ces destinations ont été incroyables.

La Malaisie nous a énormément surpris, car nous n’avions pas d’attentes particulières. Nous n’étions pas sûrs d’aimer ce pays. Et, en fait, ce fut un gros coup de cœur. Nous avons été conquis par la gentillesse des habitants, la nourriture, le mixage multiculturel, mais aussi sa faune et sa flore.

En ce qui concerne la Thaïlande, nous avions énormément apprécié notre séjour en novembre 2017. D’emblée, nous avions décidé d’y revenir pour un long séjour, de février à mai 2018. Le pays du sourire nous a charmé très rapidement. Et puis, cela nous a permis de réaliser l’un de nos rêves : voir des éléphants (tout en respectant ces magnifiques créatures).

Je vous invite à lire le récit de cette superbe journée à Éléphant Nature Park.

Puis, retour en Malaisie, où nous passons un mois donc à Johor Bahru, puis un mois à Penang.

Notre séjour à Phuket, en août 2018, ne se déroule pas du tout comme prévu.

À notre arrivée à l’aéroport, Patrice se blesse aux chevilles.

Direction l’hôpital ou le diagnostic tombe : l’une des chevilles est cassée. Il y a un déplacement osseux : il faut l’opérer.

Vie Nomade En Espagne

Famille nomade en Espagne Puis retour vers l’Europe, en Espagne, début septembre, pour y passer les 4 derniers mois de l’année à Fuengirola, Torremolinos puis à Chipiona.

C’est l’accident de Patrice début août à Phuket qui en a été la raison principale. Mais pas seulement. Nous n’avions pas d’idée précise sur la suite de nos voyages sur ce continent. Nous ne voulions pas retourner dans certains pays par « dépit ». Et puis la saison des pluies et les éruptions volcaniques (Indonésie) ne nous enchantaient guère.

Nous avions aussi très envie de passer les fêtes de fin d’année auprès de notre famille Espagnole rencontrée en 2014.

Sa mobilité réduite pendant plusieurs mois ne nous permettait pas de nous déplacer facilement en Asie du Sud-Est.

Les étoiles étaient alignées : le chemin vers l’Espagne était tracé !

Une vie de voyages sans routine

Ce que je trouve à chaque fois fabuleux, en vivant ainsi, c’est l’absence de routine. Rien n’est jamais inscrit dans le marbre.

Même si nous essayons de prévoir un peu notre itinéraire, nous nous adaptons aux changements.

Notre mode de vie a un effet sur notre mental : nous voyons de plus en plus le verre à moitié plein. Nous acceptons ce qui nous arrive et nous cherchons les moyens pour en tirer quelque chose de positif.

Il arrive parfois des événements négatifs sur lesquels nous n’avons aucun contrôle. Nous énerver ne changerait rien à la situation ! Nous faisons juste en sorte de vivre ça avec un minimum de sérénité et de trouver des solutions pour améliorer la situation.

Et cela nous renforce à chaque fois !

La vie nomade n’est pas un long fleuve tranquille

J’ai remarqué que c’est lorsqu’il nous arrive quelque chose de grave, ou un imprévu qui peut remettre en cause notre vie de voyages… que nous nous lançons de nouveaux défis

Cela ressemble à une belle claque que la vie te donne pour te faire réagir.

C’est ce qui s’est passé, en janvier 2017, avec le dépôt de bilan de notre entreprise.

Puis cela s’est reproduit lorsque Patrice s’est casée la cheville à Phuket en août 2018.

La première fois, Patrice s’est lancé dans une nouvelle activité professionnelle : la rédaction web. Nous avons pu avoir suffisamment de revenus pour continuer notre mode de vie.

3 mois seulement pour retrouver notre équilibre financier. Je n’en reviens toujours pas quand j’y repense.

La seconde fois, ne supportant pas de rester inactif, il a travaillé avec acharnement pendant 3 mois pour terminer une formation qui lui tenait à coeur.

Il l’avait mise de côté pendant plusieurs mois : c’est en octobre 2018 que sort : “Deviens Rédacteur Web et Gagne Ta Vie en Ligne Rapidement”.

Déjà poussé par le succès de la formation sur les micro-services, Patrice réalise encore plus combien il aime endosser le rôle de formateur. Voir les membres de ses formations réussir à leur tour et démarrer une nouvelle vie est tellement gratifiant ! Il est fier, le bougre ! ^^

2019, une année de nomadisme sur 3 continents

Nos deux mois passés à Chipiona auprès de notre famille de cœur auront été ressourçant. Pour une fois, nous décidons de prévoir un itinéraire pour plusieurs mois à venir. Nous voulons que 2019 soit incroyable.

Le 8 janvier, nous prenons un vol en direction de Kuala Lumpur où nous passerons presque un mois. Un chouette appartement à proximité des célèbres tours Petronas.

Puis ce sera 3 mois à Chiang Mai. Malheureusement, notre séjour est gâché par la pollution atmosphérique due aux brûlis. Une pollution qui dépasse le seuil habituel.

Nous tombons tous les 3 malades. Pendant plusieurs semaines, nos organismes peinent à s’en remettre. Nous pensons sérieusement à quitter la ville mais les billets de sortie du territoire sont déjà pris. L’appartement est réservé jusqu’au début mai. Bref, nous prenons notre mal en patience et essayons de profiter de la ville malgré ça.

Le 4 mai nous nous envolons pour quelques jours à Singapour, puis à Hong Kong.

Le 10 mai, nous posons nos valises à Osaka au Japon. Enfin !

Nous rêvions depuis un moment du pays du soleil levant et cela se réalise. Deux mois à Osaka, puis une semaine à Tokyo.

Je ne vais pas vous détailler ici ce séjour car ce serait trop long. J’ai prévu un article dédié exclusivement à ce pays et aux villes que nous avons pu découvrir. Mais c’est sans contexte LE séjour le plus merveilleux que nous ayons vécu jusqu’à présent.

Puis ce fut Hawaï, à Kailua-Kona sur la grande île plus précisément. Une destination paradisiaque que nous n’aurions jamais imaginée découvrir 2 ans auparavant. Un article viendra également afin de vous partager la beauté de cette île.

Nous poursuivons avec un mois à Montréal, au Quebec. Là aussi, un article est prévu. Je sais, cela fait beaucoup d’articles à écrire, mais je vais bien finir par rattraper mon retard. 😉

Les deux mois qui vont suivre se feront en France, dans le Var. Notre dernier séjour dans notre pays d’origine avait eu lieu 2 ans auparavant. C’est avec plaisir que nous retrouvons famille et amis. Notre logement est à quelques mètres de la mer et nous avons (presque) l’impression d’être en vacances.

Puis, ce sera quelques jours à Marseille, avant de nous envoler de nouveau pour l’Espagne le 2 décembre. Nous arrivons à Torremolinos, ville balnéaire proche de Malaga, d’où j’écris ces lignes.

L’hiver est plutôt doux en Espagne. Hormis quelques jours de pluie et de vent, les températures sont comprises entre 17 et 20 degrés. Plutôt agréable comme climat alors que nous ne sommes qu’à 2 heures de vol de Marseille.

Nos pays coups de cœur

En écrivant cet article, je prends conscience de toutes les fabuleuses choses que nous avons faites/vécues  au cours de ces 7 dernières années, et d’autant plus depuis 2 ans.

On nous demande souvent quel pays ou ville nous avons le plus aimé. C’est une question difficile. Les voyageurs ont souvent du mal à y répondre.

Il y a tant d’endroits splendides. Chaque pays, chaque ville a sa particularité. Ce petit quelque chose de différent, d’unique.

  • L’Asie du Sud nous a apporté son flot d’émerveillement. Sa flore et sa faune ont été sources de moments privilégiés et forts en émotion.
  • Notre journée au Elephant Nature Park est l’un des souvenirs les plus merveilleux que nous ayons. Une expérience tellement émouvante.
  • Le zoo de Singapour et le Parc aux oiseaux à Kuala Lumpur (Malaisie) également.

Il y a les pays dans lesquels nous retournerions volontiers pour approfondir la découverte.

  • C’est le cas de la Bulgarie, de la Croatie, de la Malaisie…

Et puis, il y a ceux qui nous ont touchés et dans lesquels nous nous sentons vraiment bien.

  • L’Espagne, bien entendu, pays dans lequel nous pourrions nous poser pour une longue durée.
  • La Thaïlande : pour son climat, sa nourriture, ses habitants et ses paysages.
  • Le Japon : le pays du soleil levant nous a réellement conquis. Nous savions que nous allions nous y plaire, mais nous ne pensions pas que cela serait autant. Ceci en grande partie grâce aux belles rencontres que nous y avons faites, donnant ainsi une autre dimension à nos découvertes sur place.

C’est ce contact avec l’habitant que nous recherchons de plus en plus. Il change totalement la vision que l’on se fait d’un pays.

Il y a aussi toutes ces rencontres faites avec d’autres familles voyageuses. Ces apéros au bout du monde entre nomades digitaux ou expatriés.

Tous ces petits bouts de partages qui jalonnent nos voyages.

Chaque pays dans lequel nous avons vécu reste un bon souvenir, et c’est ce qui compte au fond. Même le Vietnam, au fond, grâce à un 31 décembre qui nous a réconciliés avec des expériences bien désagréables dans ce pays.

Réflexions et évolution de notre vie nomade en famille en 2020

Ce style de vie nous a considérablement changés, c’est indéniable.

Une chose est sûre : le voyage permanent fait désormais partie de notre ADN.

Les  libertés – qu’elles soient géographique, temporelle ou financière – sont ancrées en nous. Nous n’y pouvons rien.

Nous ne savons pas encore de quelle manière se dérouleront les prochaines années, mais il y aura forcément des changements dans notre mode de voyager.

Logan a eu 20 ans en novembre 2019. Il va nous accompagner encore pendant quelques années, mais il prendra forcément son envol.

2019, c’est aussi l’année de nos 50 ans pour Patrice et moi (aïe ! ça pique les yeux de lire ça…). Nous réfléchissons à l’évolution que va prendre notre rythme de déplacement.

Le fait de voyager ainsi pendant toutes ces années, nous amène à de nouvelles réflexions que nous mettrons en place petit à petit, à partir de 2020.

Quand la slow Life devient une priorité

Nous allons ralentir et nous poser un peu plus longtemps en restant 2 à 3 mois au même endroit. C’est déjà le cas, puisque nous resterons jusqu’au début mars à Torremolinos.

L’idéal serait de ne vivre que dans 4 ou 5 pays maximum dans l’année.

Nous ne voulons pas collectionner les destinations. Nous ne sommes pas en tour du monde avec une date de retour. Alors, profitons-en au maximum !

Et puis, 1 mois passe très vite, trop vite. Nous poser plus longtemps au même endroit nous permet de faire des économies sur les déplacements, de limiter nos trajets en avion, de faire moins de recherche de logements (gain de temps et d’énergie), de réduire nos dépenses d’épicerie en achetant de plus grands formats.

Ne pas avoir de frais de transports pendant 2 mois permet d’augmenter un peu le budget logement lorsque cela le nécessite. (Pays où le coût de la vie est plus élevé ou location en haute saison.)

Mais aussi d’augmenter notre productivité. Ce dernier point est important puisque c’est notre activité professionnelle qui finance notre vie de famille voyageuse.

Avoir suffisamment de tables/bureaux pour nos espaces de travail respectifs, des chaises confortables (oui parce que passer de longues heures sur de vieilles chaises en bois n’arrange pas l’état de notre vieux dos). ET SURTOUT une connexion internet digne de ce nom.

Nos destinations en 2020

Début mars, nous quitterons l’Espagne pour prendre la direction du Portugal.

Les environs de Faro nous tentent bien pour y passer le printemps. La région de l’Algarve est réputée pour la beauté de ses paysages et son climat. Ça semble un bel endroit pour poser nos valises 2-3 mois, non ?

Nous envisageons un retour à Torremolinos pour 1 mois en juin : car de très bons amis nomades, la Famille Voyage, doivent y séjourner. Nous les avions croisés dans cette même ville en 2017 et avons très envie de partager, à nouveau, de formidables moments avec Sandrine, Cédric et leur fils Mathys.

Notre été, nous le passerons en Bulgarie ? En Roumanie ? Ça va dépendre de ce que nous trouverons comme logement. Il y a quand même de fortes chances pour que ce soit en Bulgarie, au vu de la sélection de logements que j’ai déjà faite. 😉

Mais rien de fixé à l’heure où j’écris ces lignes.

Pour l’automne, c’est encore assez imprécis. Ce sera certainement un pays où le climat est encore agréable. Croatie ? Grèce ?

Nous n’avons pas spécialement envie de découvrir de nouveaux pays cette année. Séjourner dans des pays que nous connaissons bien, c’est notre mode de vie “sédentaire” à nous. 🙂 Une parenthèse entre deux années un peu plus folles.

Cela ne nous empêche pas de nous laisser porter par nos envies. Rien n’est figé ! Les événements ou nos désirs peuvent encore tout chambouler. :p

Ensuite ?

Notre projet est de quitter le vieux continent pour retourner en décembre soit aux USA (Floride – Hawaï), soit en Asie  du Sud-Est (Thaïlande ? Malaisie ?).

Et je dois vous avouer qu’un petit détour par le Japon en 2021 s’ancre profondément dans nos envies. ^^

Bilan vie personnelle et professionnelle

Conférence Devenir Nomade digital – Montréal (Québéc) septembre 2019

Ces années de vie nomade en famille nous ont énormément apporté sur le plan personnel.

Nous avons découvert le minimalisme, la slow life, donnant ainsi tout son sens à notre style de vie nomade.

Nous avons aussi énormément appris sur nous-même. Sur ce que nous étions capables d’entreprendre sans même le savoir.

Nos environnement éphémères nous stimulent et nous apportent, à chaque fois, une nouvelle dose d’énergie productive.

L’ennui et la routine sont des mots que nous avons bannis de notre vocabulaire.

Sur le plan financier ? Cela en étonne beaucoup, mais ce mode de vie nous revient moins cher que lorsque nous avions notre maison en location dans le Sud de la France.

Même 2019, emplie de destinations au coût plus élevé (Japon, Hawaï et Montréal) s’équilibre avec des séjours moins coûteux avant et après.

Nous profitons bien plus des petits plaisirs de la vie : cinéma, restaurants, activités. Ceci sans faire exploser notre budget. Oui :  nous pouvons nous permettre bien plus de sorties que lorsque nous vivions en France !

Forcément nos frais fixes ne sont plus les mêmes.

Plus de frais d’électricité, d’eau, de chauffage, d’internet, de taxe d’ habitation, d’assurance habitation, d’équipements ménagers à changer ou à réparer, de fioul, de crédit,  etc.

Lorsque nous louons un logement Airbnb tout est compris dans le prix. Et puis, nous négocions toujours en louant sur une longue durée.

Cela permet, forcément, de vivre mieux au quotidien.

Mise en place d’un nouveau rythme de travail

Nous souhaitons profiter plus de notre temps et allons modifier notre rythme de travail en 2020.

Nous allons tester le planning suivant :

  • Lundi, mardi et mercredi seront consacré à nos activités professionnelles. Nous serons focus sur nos tâches toute la journée. 3 jours de travail (très) intense, avec des objectifs prédéfinis. Et surtout : sans voleurs de temps.
  • Du jeudi au dimanche : nous ferons ce qui nous fait plaisir ! Détente, lecture, loisirs, sorties… Bref, profiter de la vie !

Il faut que je trouve une organisation pour les repas et l’intendance de la « maison » pendant les 3 premiers jours de la semaine.

Certainement en préparant les repas en avance… À voir.

Bref, le but est que les trois jours de “travail” soient aussi fructueux, en terme de production, que 5 jours plus relâchés.

Un challenge que nous trouvons très motivant et qui va, j’en suis certaine, nous booster tous les trois.

Oui, tous les trois, car Logan a intégré nos activités professionnelles. Bien sûr, il travaille aussi sur ses propres projets dans la création de jeux vidéo. Mais c’est une totale collaboration en famille ! Nous sommes tous sur la même longueur d’onde et c’est génial.

Nos revenus professionnels

Nous conservons certains clients en rédaction web et copywriting, mais ce n’est plus notre activité principale. Une grosse part de nos revenus proviennent des formations que nous proposons ici sur ce blog.

2020 sera l’occasion de remettre à jour les formations les plus anciennes.

Une nouvelle formation sortira début janvier, dont nous vous parlerons bientôt.

En ce qui concerne ce blog, il va s’étoffer. Mon but est toujours de le monétiser par le biais des différents moyens qui existent actuellement, dont l’affiliation. Mais surtout d’endosser mon costume de blogueuse et de Youtubeuse à 100 %. Ce qui signifie la mise en place d’une véritable stratégie de contenus rédactionnels et vidéos.

Notre quotidien hors normes est source de nombreux sujets que je vais exploiter plus en profondeur.

Logan va plonger les mains dans les fins fonds de ce blog afin de le dépoussiérer un peu et de le rendre plus fonctionnel.

Conclusion

Au moment de partir, en 2013, nous ne savions pas si vivre de cette façon allait vraiment nous convenir. Personnellement je ne savais pas si je m’habituerais à vivre dans une maison différente chaque mois.

Allions-nous nous lasser de ces perpétuels changements de lieu ? Regretter l’absence d’un foyer en France ?

Pour certaines personnes, ça semble inconcevable de changer aussi souvent de maison, pendant autant d’années.

Pour nous, c’est devenu naturel. Nous ne ressentons aucune instabilité, notre productivité et vie familiale n’en souffrent pas.

Nous avons atteint un bel équilibre qui nous satisfait merveilleusement. Avec une bonne organisation, se déplacer tous les un à trois mois est tout à fait réalisable sur la durée.

Bref : nous nous sommes plutôt bien adaptés à cette vie itinérante en famille et à cette liberté qu’elle procure. Nous n’éprouvons aucun regret et nous nous sentons réellement libres.

Libres de voyager comme nous le souhaitons.

Libres d’organiser notre temps, nos sorties.

Libres d’avoir vu grandir notre fils comme nous le désirions.

Libres de s’épanouir dans des domaines qui nous plaisent.

Libres de ne plus faire partie d’un système qui ne nous convient plus et qui nous a emprisonnés pendant trop d’années.

Libres de vivre notre vie comme nous le voulons sans rendre de compte à personne.

Cette vie de voyages nous permet aussi de faire partie d’une communauté liée par le même besoin de libertés. Une communauté bienveillante et aimante qui nous accompagne à chaque instant.

Que ce soit ici, sur le blog, ou sur les réseaux sociaux, vous êtes toujours là pour nous, et avec nous. C’est aussi ça la magie d’internet. 😉

Vous l’aurez compris, le bilan de ces six dernières années de vie nomade en famille est totalement POSITIF et nous souhaitons poursuivre ce mode de voyages le plus longtemps possible.

Aucune remise en questions sur notre mode de vie. Juste des aménagements qui se feront naturellement.

Nous sommes heureux de vivre ainsi et c’est tout ce qui compte, non ? Ne sommes-nous pas tous à la poursuite de notre bonheur ?

Alors lorsque l’on fini par le trouver, il faut tout mettre en œuvre pour le conserver. Et c’est ce que nous faisons, jour après jour, depuis que nous avons pris la décision de changer de mode de vie.

Et vous ? Seriez-vous prêt à quitter votre vie “classique” pour un style de vie différent ? Si oui, lequel ?

N’hésitez pas  à donner votre avis sur cet article et à le partager auprès de vos contacts.